//
you're reading...
Non classé

ITALIE: Le M5S aux limites de la démocratie directe

Alors qu’il aspire à gouverner l’Italie, le Mouvement 5 étoiles (M5S, anti-système) est aujourd’hui confronté aux limites de la démocratie participative directe, un principe sur lequel il a fondé sa stratégie d’accession au pouvoir.

C’est sur son portail internet baptisé « Rousseau », en référence au philosophe français du XVIIIème siècle, que les militants sont invités à participer à l’élaboration du programme, à la rédaction des projets de loi et à la désignation de tous les candidats.

Imaginé par Gianroberto Casaleggio (décédé l’année dernière), expert en informatique et cofondateur du M5S avec le comique Beppe Grillo, « Rousseau », sorte de tour de contrôle du mouvement, est présenté comme un outil d’avant-garde en matière de démocratie directe. 

Mais il est aussi critiqué, en particulier par des transfuges du mouvement, pour son manque de transparence et pour l’emprise des dirigeants du mouvement sur l’ensemble du système.

D’autant que le tonitruant Beppe Grillo a toujours le dernier mot et peut rejeter un projet de loi validé par les militants, comme cela a été le cas pour les unions civiles, ou un candidat désigné, comme à Milan l’année dernière et cette année à Gênes.

Dans cette ville du nord-ouest de l’Italie, Marika Cassimatis était sortie gagnante de la consultation en ligne des adhérents locaux pour la municipale de juin, avant d’être désavouée au motif qu’elle et certains de ses soutiens auraient eu « des comportements contraires aux principes du mouvement ».

Les militants n’en sauront pas plus et face aux questions posées, le « garant » du mouvement, comme Beppe Grillo aime à se faire appeler, a simplement rétorqué: « Si quelqu’un ne comprend pas ce choix, je lui demande de me faire confiance ». Il n’en fallait pas plus pour que certains militants et élus locaux fassent aussitôt sécession.

D’une manière générale, le choix des candidats aux élections est jugé souvent hasardeux. Elue maire de Rome l’an passé à seulement 37 ans, Virginia Raggi avait été désignée sur la base de deux courtes vidéos en ligne, parmi plus de 200 candidats…

Mais après neuf mois de mandat marqués par des démissions à la chaîne dans son équipe et des affaires de corruption, beaucoup de Romains — qui l’avaient élue avec 67% des voix — regrettent son inexpérience, voire son incompétence face aux nombreux défis de la Ville éternelle.

« Ce que nous montre l’expérience du M5S, c’est que la démocratie électronique ne fonctionne pas, en particulier parce qu’elle peut donner lieu à toutes sortes de manipulations aussi bien sur le plan technique qu’idéologique », explique Leonardo Morlina, professeur de sciences politiques à l’Université des études sociales de Rome.

« L’exemple de Gênes est symptomatique. On ne sait pas vraiment pourquoi le choix des militants n’a pas été validé. Il faut s’en tenir à l’explication de Beppe Grillo, ce qui pose un problème de démocratie interne », ajoute-t-il.

– Succès électoraux –

Né en 2009 avec une promesse de renouveau, des idéaux de transparence et de probité, le M5S s’est construit sur ce principe de démocratie participative directe. Anti-euro et anti-immigration, il fait désormais quasiment jeu égal dans les sondages avec le Parti démocrate au pouvoir, autour de 30% des intentions de vote.

« Le nombre de participants à ses consultations en ligne est très inférieur au nombre réel de ses électeurs », analyse Gianfranco Pasquino professeur émérite de sciences politiques à l’université de Bologne. Le M5S compte plusieurs millions d’électeurs, mais seulement 140.000 inscrits sur « Rousseau ». Par ailleurs, moins du quart de ces inscrits participent en moyenne aux consultations lancées sur le site.

Une décalage qui prouve, selon lui, que cette pratique ne présente que « peu d’intérêt d’un point de vue démocratique », les urnes restant le meilleur baromètre de l’adhésion au mouvement.

Et en ce domaine, le mouvement a engrangé les succès électoraux: il compte 160 élus au Parlement et dirige une trentaine de villes, dont Rome et Turin.

Mais outre les critiques sur la fiabilité de ses consultations en ligne, le M5S a aussi été accusé de diffuser des fausses informations ou des théories conspirationnistes sur la toile via un réseau de sites parmi lesquels le blog de Beppe Grillo, l’un des plus suivis d’Italie, tous supervisés par la Casaleggio Associati, une société de conseil informatique créée par Gianroberto Casaleggio.

« Pour l’instant, tout cela reste sans conséquences sur l’électorat +Cinq Etoiles+, dont le rejet des partis traditionnels est tel qu’il lui permet de rester haut dans les sondages », conclut toutefois M. Pasquino.

Par Guylain Gustave Moke

Publicités

À propos de Guylain Gustave Moke Munsche Mvula

Journaliste International,Analyste Politique, Guylain Gustave Moke vous invite á partager les Informations politiques credibles et dignes de foi. Parce que le monde n’a jamais changé aussi vite, l’actualité internationale est, chaque jour, plus difficile à décrypter. Les grilles de lecture toutes faites ne suffisent pas. Certains thèmes s’imposent parce que tout le monde en parle. D’autres sujets plus lointains peuvent éclairer les grandes questions du moment. Rien de ce qui nous arrive n’est intelligible sans tenir compte de notre place dans le monde, sans être à l’écoute de la planète. Je vous invite à enrichir notre débat dans un esprit libre et constructif.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :