//
you're reading...
Non classé

ROYAUME-UNI: Brexit et un référendum d’indépendance d’Ecosse

Une rupture peut-elle en cacher une autre ? A J-1 du lancement du Brexit, les députés écossais doivent donner leur feu vert mardi à un nouveau référendum d’indépendance en Ecosse, susceptible de dynamiter le Royaume-Uni.

Le Parlement régional, dominé par les indépendantistes du parti national écossais SNP, aurait dû se prononcer sur la question mercredi dernier déjà. Mais l’attentat contre le Parlement de Westminster à Londres avait provoqué le report du vote qui intervient désormais à la veille du déclenchement du Brexit, renforçant encore la dramaturgie autour de ces deux événements historiques.

La quasi concomitance des deux rendez-vous est finalement logique tellement le désir écossais de rompre avec le reste du Royaume-Uni est lié à la rupture en passe d’être officialisée entre la Grande-Bretagne et l’Union européenne. 

Sans le Brexit, approuvé par 52% des Britanniques mais rejeté par 62% des Ecossais, la Première ministre écossaise Nicola Sturgeon n’aurait pas demandé si tôt l’organisation d’un nouveau référendum d’autodétermination, trois ans seulement après celui perdu par les indépendantistes (à 55% contre 45%) en 2014.

« Les circonstances ont changé avec le Brexit », insiste la dirigeante du SNP qui veut que l’Ecosse continue à faire partie au moins du marché unique européen. Elle espère, dans l’idéal, tenir une nouvelle consultation fin 2018 ou début 2019, avant la fin prévue des négociations de sortie entre UE et Royaume-Uni.

– ‘Inacceptable’ –

La première étape pour Mme Sturgeon consiste à avoir l’autorisation du Parlement écossais mardi après-midi de demander à Londres un référendum d’indépendance.

Cela devrait être une formalité puisque les députés du SNP, majoritaires, peuvent compter sur le soutien des écologistes pour briser l’opposition des conservateurs et travaillistes écossais qui sont vent debout contre l’indépendance.

Si, comme prévu, les députés accèdent au vœu de Mme Sturgeon, il lui faudra ensuite recevoir le feu vert du Parlement britannique et du gouvernement de la Première ministre Theresa May. Mme May, qui estime que ce n’est « pas le bon moment » pour un référendum en Ecosse, a en théorie le pouvoir de bloquer l’initiative.

Mais s’opposer au vote du Parlement écossais serait compliqué à assumer sur le plan politique. Revendiquant « un mandat démocratique incontestable », Mme Sturgeon répète que ce serait même « totalement inacceptable ».

A défaut d’enrayer le processus, Theresa May pourrait chercher à devenir maître du calendrier en repoussant au maximum la date d’un nouveau référendum, au-delà de la sortie effective du Royaume-Uni de l’UE. Nicola Sturgeon a d’ores et déjà fait savoir qu’elle serait « ouverte à la discussion » sur ce point.

– ‘Impossible à arrêter’ –

Theresa May, qui doit également gérer une crise politique en Irlande du nord, est déterminée à tout faire pour sauvegarder l’unité du Royaume-Uni, mis à rude épreuve depuis le référendum sur l’UE du 23 juin 2016.

« Au moment où le Royaume-Uni s’apprête à quitter l’Union européenne (…) la force et la stabilité de notre union seront plus importantes que jamais », a-t-elle souligné lors d’un court déplacement en Ecosse lundi. Unie, la Grande-Bretagne est « une force impossible à arrêter », a-t-elle insisté avant de rencontrer Mme Sturgeon. Celle-ci a fait état d’un dialogue cordial mais qui n’a abouti sur aucune avancée notable.

Si elle parvient à décrocher un nouveau référendum, il restera à Mme Sturgeon de convaincre les Écossais. Selon un sondage publié il y a une semaine, seuls 44% d’entre eux sont à ce jour favorables à une indépendance. Le vote au Parlement écossais interviendra la veille du déclenchement de l’article 50 du Traité de Lisbonne qui marque le divorce avec l’Union européenne et le début de deux ans de négociations difficiles et complexes.

Le négociateur en chef de l’UE, Michel Barnier, a prévenu la semaine dernière que le Royaume-Uni devra solder ses comptes avant de quitter l’UE. Selon un haut responsable européen, la Commission européenne a évalué la facture pour les Britanniques à entre 55 et 60 milliards d’euros.

L’autre problème à régler en « priorité absolue », selon M. Barnier, sera celui des 1,2 million de ressortissants britanniques vivant dans l’UE et des plus de trois millions de citoyens de l’UE résidant en Grande-Bretagne.

Par Guylain Gustave Moke

Publicités

À propos de Guylain Gustave Moke Munsche Mvula

Journaliste International,Analyste Politique, Guylain Gustave Moke vous invite á partager les Informations politiques credibles et dignes de foi. Parce que le monde n’a jamais changé aussi vite, l’actualité internationale est, chaque jour, plus difficile à décrypter. Les grilles de lecture toutes faites ne suffisent pas. Certains thèmes s’imposent parce que tout le monde en parle. D’autres sujets plus lointains peuvent éclairer les grandes questions du moment. Rien de ce qui nous arrive n’est intelligible sans tenir compte de notre place dans le monde, sans être à l’écoute de la planète. Je vous invite à enrichir notre débat dans un esprit libre et constructif.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :