//
you're reading...
Non classé

ROYAUME-UNI: Le budget britannique très économe

La presse britannique le surnomme parfois « Phil l’Epicier »: le chancelier de l’Echiquier Philip Hammond présente mercredi un budget attendu très économe, pour constituer une petite réserve en prévision des turbulences redoutées du Brexit.

Muni de la traditionnelle mallette rouge contenant le discours du ministre des Finances, M. Hammond quittera le 11 Downing Street dans la matinée et se rendra à Westminster, où il annoncer devant les députés les grandes lignes des recettes et des dépenses du gouvernement de sa Majesté et dévoilera des prévisions économiques.

Hormis une « déclaration d’automne » qui avait fait un point d’étape sur les comptes annuels du pays à la fin novembre, il s’agira du premier véritable exercice en la matière pour ce conservateur austère devenu Grand argentier du Royaume en juillet dernier à la faveur de la tempête politique qui avait soufflé sur Londres après la victoire du Brexit au référendum. 

Fidèle à sa réputation de politicien corseté forgée pendant ses années à la tête des ministères des Transports, de la Défense puis du Foreign Office depuis le début de la décennie, M. Hammond ne devrait pas sortir du cadre rigoureux fixé par les conservateurs depuis leur retour du pouvoir il y a bientôt sept ans.

– Mini cagnotte –

Et ce n’est pas la bonne tenue de l’économie depuis le référendum du 23 juin -à la surprise de nombre d’analystes qui prévoyaient le pire en cas d’un tel résultat- qui fera se départir de son flegme le chancelier de l’Echiquier.

« Notre pays doit vivre en fonction de ses moyens », a prévenu M. Hammond lors d’une des nombreuses interviews et tribunes accordées ces dernières jours. « Certains demandent des emprunts massifs pour financer de vastes plans de dépenses. Cette approche n’est pas seulement illogique, elle est téméraire, à courte vue et injuste pour les jeunes qui en paieraient les conséquences ».

D’après les économistes, les finances du Royaume pourraient pourtant bénéficier d’une mini-cagnotte d’une dizaine de milliards de livres, fruit d’une activité encore plus robuste que prévu depuis cet automne.

M. Hammond devrait certes concéder quelques gestes: il pourrait légèrement augmenter les fonds alloués aux structures sociales de soins et à l’enseignement professionnel, aménager l’impact de changements apportés à la taxe professionnelle ou encore diminuer à la marge l’impôt sur le revenu.

Mais au final, sans bouleversement profond son objectif reste le même: réduire le déficit public à moins de 2% du produit intérieur brut (PIB) d’ici à la fin de la législature à l’horizon 2020.

– Prévision de croissance relevée ? –

« Ce budget risque d’être assez quelconque », prévient Jonathan Loynes, analyste chez Capital Economics. « Le chancelier devrait être à la hauteur de son surnom de Phil l’Epicier (Spreadsheet Phil) et épargner l’essentiel des fonds dégagés par des emprunts moindres que prévus, plutôt que de dévoiler de vigoureux plans de relance avec des nouvelles mesures », a-t-il ajouté.

En définitive l’excitation pourrait venir moins du budget lui-même que des prévisions de croissance sur lesquelles il s’appuie, qui seront actualisées par l’institut public semi-indépendant Office for Budget Responsibility (OBR).

En novembre dernier, l’OBR avait choqué les eurosceptiques en abaissant drastiquement à 1,4% sa prévision de croissance du PIB pour 2017, mettant en avant divers effets néfastes attendus du processus de Brexit comme une stagnation du pouvoir d’achat et une incertitude nuisible à l’investissement des entreprises.

Cette fois, l’institut pourrait néanmoins relever cette prévision à la faveur du maintien d’une solide consommation des ménages ces derniers mois, malgré les craintes que fait surgir la montée d’une inflation indirectement provoquée par la chute de la livre sterling depuis le référendum.

L’Organisation pour la coopération et le développement économique (OCDE) a d’ailleurs elle-même nettement relevé mardi sa prévision de croissance 2017 pour le Royaume-Uni, à 1,6% contre 1,2% attendu jusque-là.

Par Guylain Gustave Moke

Publicités

À propos de Guylain Gustave Moke Munsche Mvula

Journaliste International,Analyste Politique, Guylain Gustave Moke vous invite á partager les Informations politiques credibles et dignes de foi. Parce que le monde n’a jamais changé aussi vite, l’actualité internationale est, chaque jour, plus difficile à décrypter. Les grilles de lecture toutes faites ne suffisent pas. Certains thèmes s’imposent parce que tout le monde en parle. D’autres sujets plus lointains peuvent éclairer les grandes questions du moment. Rien de ce qui nous arrive n’est intelligible sans tenir compte de notre place dans le monde, sans être à l’écoute de la planète. Je vous invite à enrichir notre débat dans un esprit libre et constructif.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :