//
you're reading...
Non classé

MAURITANIE: Lancement d’un un dialogue national

Le président mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz a lancé jeudi un dialogue national boycotté par une partie de l’opposition, point de départ d’un processus devant conduire à une révision constitutionnelle prévoyant notamment la suppression du Sénat.

Quelque 450 participants également répartis entre la majorité présidentielle et l’opposition modérée, en plus d’une centaine de représentants de la société civile, des syndicats et de Mauritaniens de l’extérieur, prennent part à ce « dialogue national inclusif » qui doit durer dix jours, selon les organisateurs.

L’un des discours les plus remarqués a été celui du président du parti Arc-en-ciel, Ba Alassane Hamady, qui a reposé la question de « l’injustice et des exactions commises contre les Négro-Africains » de Mauritanie.

Marche des opposants mauritaniens

Marche des opposants mauritaniens

Il a cependant salué les avancées réalisées sous le président Ould Abdel Aziz, notamment sa prière à Kaédi (sud) en 2009 à la mémoire des victimes des violences interethniques de 1989-1991, sous le régime de Maaouiya Ould Taya (1984-2005), qui ont fait plus de 200 morts parmi la communauté noire du pays.

En ouvrant les travaux, le président mauritanien a appelé l’opposition à le rejoindre, insistant sur le temps et les « efforts consentis » selon lui pour s’assurer de sa participation à cette rencontre.

Il a promis de mettre en application toutes les conclusions du dialogue, annonçant notamment que les amendements constitutionnels suggérés par les participants seraient soumis à référendum.

Le Rassemblement des forces démocratiques (RFD, opposition) d’Ahmed Ould Daddah et le Forum national pour la démocratie et l’unité (FNDU), qui regroupe une quinzaine de partis d’opposition, ont décidé de ne pas participer à ce qu’ils qualifient de « monologue sans objet ».

Les amendements constitutionnels inscrits à l’ordre du jour de cette réunion comprennent notamment la création de Conseils régionaux élus pour remplacer le Sénat et d’un poste de vice-président de la République.

Par Guylain Gustave Moke

Publicités

À propos de Guylain Gustave Moke Munsche Mvula

Journaliste International,Analyste Politique, Guylain Gustave Moke vous invite á partager les Informations politiques credibles et dignes de foi. Parce que le monde n’a jamais changé aussi vite, l’actualité internationale est, chaque jour, plus difficile à décrypter. Les grilles de lecture toutes faites ne suffisent pas. Certains thèmes s’imposent parce que tout le monde en parle. D’autres sujets plus lointains peuvent éclairer les grandes questions du moment. Rien de ce qui nous arrive n’est intelligible sans tenir compte de notre place dans le monde, sans être à l’écoute de la planète. Je vous invite à enrichir notre débat dans un esprit libre et constructif.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :