//
you're reading...
Non classé

COLOMBIE: Le référendum sur la paix avec les Farc

Le président Juan Manuel Santos a convoqué mardi pour le dimanche 2 octobre le référendum lors duquel les Colombiens seront appelés à se prononcer sur l’accord de paix conclu avec la guérilla des Farc.

« La question à laquelle répondront les citoyens par oui ou par non est la suivante : Appuyez-vous l’accord final d’achèvement du conflit et de construction d’une paix stable et durable ? », a déclaré M. Santos.

Le président Colombien Juan Manuel Santos

Le président Colombien Juan Manuel Santos

« Aujourd’hui, nous faisons un pas de plus vers la paix », a lancé le chef de l’Etat, en précisant avoir signé en début de matinée le décret de convocation de ce référendum, approuvé la veille au Sénat par 71 voix pour et 21 contre.

« C’est une question claire, simple qui ne laisse place à aucune confusion », a-t-il ajouté.

Il a précisé qu' »elle reprend le titre » de l’accord de paix, anticipant ainsi des critiques relayées par des médias locaux déplorant que le nom des Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc) ne soit pas mentionné dans la question.

Pour l’emporter, le « oui » à la paix devra recueillir au moins 4,4 millions de voix (13% de l’électorat) et le « non » un score plus faible.

Le gouvernement et les Farc, principale guérilla du pays issue en 1964 d’une insurrection paysanne, ont conclu la paix le 24 août, à l’issue de près de quatre ans de pourparlers délocalisés à La Havane, destinés à mettre fin à plus de 50 ans de conflit armé.

Les Farc ont de leur côté convoqué leur Xe conférence nationale, qui réunira leurs dirigeants du 13 au 19 septembre pour ratifier la paix.

La signature officielle de l’accord par le président Santos et le chef des Farc, Timoleon Jiménez alias « Timochenko », est prévue en septembre, à partir du 20.

La date exacte et le lieu de la cérémonie ne sont pas encore connus. Mais le gouvernement a avancé qu’elle pourrait avoir lieu au siège de l’ONU à New York, pendant l’Assemblée générale des Nations unies, qui débute ce même 20 septembre.

Le complexe conflit colombien a impliqué, au fil des décennies, plusieurs guérillas d’extrême-gauche -dont l’Armée de libération nationale (ELN) moins nombreuse mais encore active-, des paramilitaires d’extrême-droite et l’armée, faisant au moins 260.000 morts, 45.000 disparus et 6,9 millions de déplacés.

Par Guylain Gustave Moke

Publicités

À propos de Guylain Gustave Moke Munsche Mvula

Journaliste International,Analyste Politique, Guylain Gustave Moke vous invite á partager les Informations politiques credibles et dignes de foi. Parce que le monde n’a jamais changé aussi vite, l’actualité internationale est, chaque jour, plus difficile à décrypter. Les grilles de lecture toutes faites ne suffisent pas. Certains thèmes s’imposent parce que tout le monde en parle. D’autres sujets plus lointains peuvent éclairer les grandes questions du moment. Rien de ce qui nous arrive n’est intelligible sans tenir compte de notre place dans le monde, sans être à l’écoute de la planète. Je vous invite à enrichir notre débat dans un esprit libre et constructif.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :