//
you're reading...
Non classé

BREXIT: Theresa May à Belfast

La Première ministre britannique Theresa May se rend lundi à Belfast pour tenter de rassurer des Nord-Irlandais inquiets d’un possible retour des frontières et des contrôles douaniers avec l’Irlande voisine suite au vote du 23 juin en faveur d’une sortie de l’UE.

Après l’Ecosse et le Pays de Galles, la dirigeante conservatrice parachève ainsi son tour des nations constitutives du Royaume-Uni, moins de deux semaines après avoir été investie à la tête de l’exécutif britannique en promettant de protéger « l’union » du royaume.

Theresa May: la nouvelle Première ministre du Royaume-Uni

Theresa May: la nouvelle Première ministre du Royaume-Uni

A Belfast, elle rencontrera la Première ministre nord-irlandaise Arlene Foster, indique Downing Street dans un communiqué, soulignant que Theresa May entend associer le gouvernement nord-irlandais à la préparation de la mise en oeuvre du Brexit.

« J’ai clairement indiqué que nous ferons de la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne un succès. Cela signifie que cela doit marcher aussi pour l’Irlande du Nord, y compris quant à sa relation à la frontière avec la république (d’Irlande) », membre de l’UE, déclare Mme May dans le communiqué.

Depuis 1922, les habitants d’Irlande et du Royaume-Uni jouissent de la liberté de circulation entre les deux entités dans le cadre de la Zone commune de voyage qui prévoit des contrôles minimaux aux frontières.

Mais nombre de Nord-Irlandais craignent qu’une sortie de l’UE ne se traduise par un retour des contrôles douaniers avec l’Irlande, qui pourrait pénaliser les échanges commerciaux entre les deux parties de l’île.

La rupture avec l’Union européenne inquiète également les nationalistes nord-irlandais qui considèrent Bruxelles comme un contre-poids au gouvernement de Londres.

Pendant la campagne référendaire, des militants pro-UE avaient prévenu qu’une sortie de l’UE pourrait provoquer un accès d’instabilité dans cette région où des groupes républicains dissidents sont toujours suspectés d’agir, près de 20 ans après l' »Accord du Vendredi saint ».

Ce accord avait été conclu en 1998 pour mettre fin aux « Troubles », terme employé pour qualifier le conflit entre partisans de l’union avec le Royaume-Uni et nationalises aspirant à l’union avec l’Irlande, qui a fait 3.500 morts entre 1969 et 1998.

« La paix et la stabilité en Irlande du Nord seront toujours l’une des priorités de mon gouvernement », assure Theresa May dans le communiqué.

L’Irlande du Nord, comme l’Ecosse et Londres, s’était prononcée majoritairement contre le Brexit lors du référendum.

Par Guylain Gustave Moke

Publicités

À propos de Guylain Gustave Moke Munsche Mvula

Journaliste International,Analyste Politique, Guylain Gustave Moke vous invite á partager les Informations politiques credibles et dignes de foi. Parce que le monde n’a jamais changé aussi vite, l’actualité internationale est, chaque jour, plus difficile à décrypter. Les grilles de lecture toutes faites ne suffisent pas. Certains thèmes s’imposent parce que tout le monde en parle. D’autres sujets plus lointains peuvent éclairer les grandes questions du moment. Rien de ce qui nous arrive n’est intelligible sans tenir compte de notre place dans le monde, sans être à l’écoute de la planète. Je vous invite à enrichir notre débat dans un esprit libre et constructif.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :