//
you're reading...
Non classé

ESPAGNE: Les centristes refusent de s’allier à Rajoy

Le parti libéral espagnol Ciudadanos a annoncé mardi qu’il ne formerait pas de gouvernement de coalition avec le conservateur Mariano Rajoy, laissant cependant la porte ouverte à une abstention permettant au Premier ministre sortant de constituer un gouvernement après plus de 200 jours de blocage.

« Nous ne ferons pas partie du gouvernement » de Mariano Rajoy, au pouvoir depuis 2011, a déclaré à la presse le dirigeant de Ciudadanos Albert Rivera après une réunion avec lui. « Nous ne soutiendrons pas ce gouvernement », a-t-il insisté, écartant l’hypothèse selon laquelle son parti lui voterait la confiance. 

« Mais nous sommes un parti réaliste, constructif et responsable (…) nous sommes disposés à négocier pour trouver un accord », a déclaré Albert Rivera, laissant entrevoir la possibilité d’une abstention des 32 députés de Ciudadanos au cours d’un vote de confiance, fin juillet ou début août.

Dans ce cas, et seulement si les socialistes adoptaient la même position de neutralité, M. Rajoy pourrait former un gouvernement minoritaire.

« Nous devons tous céder sur quelque chose », a ajouté M. Rivera.

Les élections législatives du 20 décembre 2015 en Espagne ont débouché sur un Parlement fragmenté entre quatre grandes forces.

Le Parti populaire (PP) de M. Rajoy, les socialistes, Podemos (gauche radicale) et Ciudadanos n’ont pas été en mesure de trouver un accord pour investir un nouveau gouvernement.

De nouvelles législatives ont donc été organisées le 26 juin. La droite au pouvoir a gagné du terrain, obtenant 14 sièges de plus qu’en 2015 mais avec 137 députés elle est encore loin de la majorité absolue (176 élus).

Il lui faut trouver des alliés ou obtenir l’abstention d’un nombre important de députés, ce qui lui permettrait de former un gouvernement disposant de la majorité relative.

L’Espagne reste dirigée par une équipe expédiant les affaires courantes et ne pouvant engager ce pays sur aucun sujet, y compris sur des dossiers sensibles comme son déficit budgétaire qui a déclenché une procédure de sanction à Bruxelles.

M. Rivera a précisé que son parti déciderait mercredi s’il s’abstiendrait au cours d’un éventuel vote de confiance.

Tous les regards se tournent donc désormais vers le Parti socialiste, qui a le pouvoir avec ses 85 députés de bloquer la formation de tout nouveau gouvernement ou au contraire de la rendre possible en s’abstenant.

Samedi, son secrétaire général Pedro Sanchez a annoncé que le parti voterait « non » à un gouvernement de M. Rajoy dans tous les cas de figure. Mais ses troupes sont divisées.

M. Rajoy, qui ne cesse de l’appeler à la « raison », doit le rencontrer mercredi après-midi.

Par Guylain Gustave Moke

WordPress

Publicités

À propos de Guylain Gustave Moke Munsche Mvula

Journaliste International,Analyste Politique, Guylain Gustave Moke vous invite á partager les Informations politiques credibles et dignes de foi. Parce que le monde n’a jamais changé aussi vite, l’actualité internationale est, chaque jour, plus difficile à décrypter. Les grilles de lecture toutes faites ne suffisent pas. Certains thèmes s’imposent parce que tout le monde en parle. D’autres sujets plus lointains peuvent éclairer les grandes questions du moment. Rien de ce qui nous arrive n’est intelligible sans tenir compte de notre place dans le monde, sans être à l’écoute de la planète. Je vous invite à enrichir notre débat dans un esprit libre et constructif.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :