//
you're reading...
Non classé

CENTRAFRIQUE: – »Embargo d’armes »- « dialogue » avec l’ONU

Le ministre de la Défense centrafricain Joseph Yakété a fait état mardi d’un « dialogue » avec les Nations unies pour lever l’embargo sur les armes afin de reconstruire une armée régulière en Centrafrique, où la situation sécuritaire reste très fragile.

« Un dialogue est entamé avec l’ONU pour lever petit à petit l’embargo qui frappe les forces armées centrafricaines afin de les remettre en selle et d’assurer la défense du territoire », a déclaré M. Yakété, selon des propos rapportés sur le site de la radio Ndeke Luka.

Le ministre de la Défense centrafricain Joseph Yakété

Le ministre de la Défense centrafricain Joseph Yakété

Imposé en 2013, l’embargo sur les armes avait été prolongé d’un an par le Conseil de sécurité des Nations unies en janvier dernier.

« Les armes circulaient partout. Le pays risquait de s’acheminer vers un génocide. C’est ce qui a poussé l’ONU à mettre le pays sous embargo », a rappelé le ministre de la Défense, qui a tenu un point de presse mardi à Bangui.

Le ministre a également plaidé pour une armée de garnison sur tout le territoire: « avant, les forces de défense et de sécurité n’avaient leurs bases qu’à Bangui et Bouar (est) (…) mais maintenant, les Faca iront s’installer dans les zones à risques », a-t-il dit.

La Centrafrique est toujours « en danger », avec des « régions entières » contrôlées par des groupes armés, avait prévenu samedi le président Faustin-Archange Touadéra, en tirant le bilan de ses 100 premiers jours au pouvoir.

Son gouvernement doit reconstruire l’Etat et le pays en présence d’une force des Nations unies, la Minusca (environ 12.000 hommes et femmes).

La Centrafrique avait basculé dans le chaos en 2013 après le renversement du président François Bozizé, entraînant une spirale de violences entre la rébellion Séléka à dominante musulmane et les milices chrétiennes anti-Balaka.

Redoutant un « génocide » dans ce pays d’environ 4,5 millions d’habitants, la France avait lancé l’opération militaire Sangaris, qui passe désormais le relais à la Minusca. Les troubles ont provoqué l’exil de plus de 300.000 réfugiés au Cameroun et au Tchad, ainsi que 415.000 déplacés internes.

AFP

Publicités

À propos de Guylain Gustave Moke Munsche Mvula

Journaliste International,Analyste Politique, Guylain Gustave Moke vous invite á partager les Informations politiques credibles et dignes de foi. Parce que le monde n’a jamais changé aussi vite, l’actualité internationale est, chaque jour, plus difficile à décrypter. Les grilles de lecture toutes faites ne suffisent pas. Certains thèmes s’imposent parce que tout le monde en parle. D’autres sujets plus lointains peuvent éclairer les grandes questions du moment. Rien de ce qui nous arrive n’est intelligible sans tenir compte de notre place dans le monde, sans être à l’écoute de la planète. Je vous invite à enrichir notre débat dans un esprit libre et constructif.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :