//
you're reading...
Non classé

ESPAGNE: Le socialiste Sanchez va tenter de former un gouvernement

Le socialiste Pedro Sanchez s’est vu confier mardi par le roi Felipe VI la tâche épineuse de tenter de former un gouvernement en Espagne, après plus d’un mois de blocage politique.

« Je suis conscient de l’immense honneur que suppose le fait d’être chargé de cette tâche et les difficultés qu’elle entraîne », a déclaré mardi soir Pedro Sanchez, désigné après l’échec de son rival de droite, le sortant Mariano Rajoy, qui n’a pas obtenu les soutiens nécessaires. 930279d30c1e2823f813815ede37d928b0b32b64_0

Se donnant environ un mois, jusqu’à début mars, M. Sanchez, un professeur d’économie de 43 ans, a assuré qu’il dialoguerait avec « toutes les forces politiques ». Il a cependant annoncé dès le départ qu’il n’était pas disposé à s’allier à la droite au pouvoir depuis fin 2011, très impopulaire pour ses mesures d’austérité.

Lors des élections législatives du 20 décembre, le Parti socialiste n’est arrivé que deuxième avec 22% des suffrages et 90 sièges derrière les conservateurs du Parti populaire (28,7% et 119 sièges), dans un paysage politique très fragmenté.

Aux partis traditionnels se sont en effet ajoutées deux nouvelles formations, Podemos (gauche radicale, 65 élus avec ses alliés) et Ciudadanos (centre libéral, 40 députés), ayant en commun la dénonciation de la corruption de l’establishment.

Leur émergence a mis fin à un bipartisme en vigueur depuis plus de 30 ans, qui permettait la formation aisée de majorités parlementaires.

Du coup, depuis le scrutin, la situation était bloquée: les conservateurs emmenés par Mariano Rajoy, à l’image très ternie par la corruption, n’avaient aucune chance d’obtenir l’investiture de la Chambre basse où la route leur était barrée à la fois par les socialistes, Podemos et Ciudadanos.

« Le roi a été à la hauteur », a réagi mardi soir Albert Rivera, le leader de Ciudadanos, en estimant que la désignation de M. Sanchez permettait de débloquer enfin la situation. « Ciudadanos souhaite que dès cette semaine démarrent les négociations », a-t-il dit en souhaitant un gouvernement « réformiste » et stable.

– Formule magique –

Le plus dur reste cependant à faire, Pedro Sanchez devant trouver la formule magique pour obtenir l’investiture du Parlement, en n’ayant comme point de départ que les 90 élus de son parti sur 350.

Assurant vouloir parler avec les autres formations d’abord de « programmes » et non des portefeuilles, il a estimé qu’il faudrait prendre à bras le corps quatre priorités: le défi posé par le chômage, les inégalités, la crise indépendantiste en Catalogne et la crise de confiance des citoyens à l’égard de leurs institutions.

« La première et principale priorité que nous mettrons sur la table est celle de la création d’emplois », a-t-il dit. Le taux de chômage dépasse encore les 20%, même si la reprise est au rendez-vous avec une croissance du PIB de 3,2% en 2015.

Il a aussi évoqué une réforme fiscale défendant les classes moyennes, une transition énergétique vers une économie verte et un pacte pour l’Education.

Pedro Sanchez peut soit s’entendre avec sa droite (Ciudadanos) soit négocier sur sa gauche (Podemos). Ces deux partis ont en effet indiqué qu’ils ne feraient jamais partie du même gouvernement car ils sont diamétralement opposés sur les solutions à apporter à la fièvre indépendantiste qui s’est emparée de la Catalogne.

L’alliance avec Podemos paraît davantage réalisable en nombre de voix, mais Pedro Sanchez devra pour ce faire surmonter l’opposition d’une partie des militants socialistes, fermement opposés à Podemos et ses alliés qui défendent un référendum d’autodétermination dans la riche région du nord-est de l’Espagne dirigée par des séparatistes. M. Sanchez a du coup annoncé samedi qu’il soumettrait tout accord à ses militants.

Podemos avait proposé mi-janvier aux socialistes de former un gouvernement où son chef Pablo Iglesias aurait la vice-présidence et où serait créé un ministère consacré aux « pays » formant l’Espagne, un « chantage » selon certains socialistes, qui est resté sans réponse.

« Je ne comprend pas comment on peut faire attendre les Espagnols de la sorte », a déclaré Pablo Iglesias en se plaignant de l’absence de négociations. « Les Espagnols ne veulent plus attendre », a-t-il martelé tandis que M. Sanchez a dénoncé « l’arrogance » de Podemos, laissant entrevoir des discussions ardues.

Par Guylain Gustave Moke

WordPress/AFP

Publicités

À propos de Guylain Gustave Moke Munsche Mvula

Journaliste International,Analyste Politique, Guylain Gustave Moke vous invite á partager les Informations politiques credibles et dignes de foi. Parce que le monde n’a jamais changé aussi vite, l’actualité internationale est, chaque jour, plus difficile à décrypter. Les grilles de lecture toutes faites ne suffisent pas. Certains thèmes s’imposent parce que tout le monde en parle. D’autres sujets plus lointains peuvent éclairer les grandes questions du moment. Rien de ce qui nous arrive n’est intelligible sans tenir compte de notre place dans le monde, sans être à l’écoute de la planète. Je vous invite à enrichir notre débat dans un esprit libre et constructif.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :