//
you're reading...
Non classé

CONGO: L’opposition suspend ses actions de désobéissance civile

Les deux principales coalitions d’opposition au Congo ont annoncé lundi la suspension des actions de désobéissance civile auxquelles elles avaient appelé pour protester contre les résultats du référendum du 25 octobre permettant au président Denis Sassou Nguesso de se représenter en 2016.

Des opposants congolais

Des opposants congolais

« Dans un souci d’apaisement, et en vue de permettre la tenue du dialogue (…) l’IDC et le Frocad, en toute responsabilité, décident de suspendre, à compter de ce jour, le programme d’actions », indiquent les deux mouvements dans une déclaration lue devant la presse.

Le 28 octobre, au lendemain de la proclamation des résultats du référendum, le Front républicain pour le respect de l’ordre constitutionnel et l’alternance démocratique (Frocad) et l’Initiative pour la démocratie au Congo (IDC) avaient appelé à des « journées villes mortes » tous les lundis, jeudis et vendredis à partir du 2 novembre « jusqu’au rétablissement de l’ordre constitutionnel ».

Les deux plateformes entendaient ainsi contester les résultats du référendum qu’elles avaient appelé à boycotter.

Vendredi, déjà, les deux plateformes avaient fait machine arrière en annulant les marches auxquelles elles avaient appelé ce jour-là dans tout le pays, justifiant cette volte-face par la nécessité, à leurs yeux, de « pleurer » d’abord les personnes tuées le 20 octobre dans la répression de manifestations contre le référendum.

Ces violences, qui ont fait quatre morts selon les autorités, et dix-sept selon l’opposition, ont ravivé dans l’opinion le spectre des épisodes de guerre civile ayant déchiré le Congo entre 1993 à 2003.

Jules Monkala Tchoumou, porte-parole de la police congolaise, a estimé que la décision annoncée par le Frocad et l’IDC était « un engagement (…) pris par les hommes politiques (d’opposition) pour tourner le dos à la violence ».

Selon les résultats publiés mardi, les Congolais ont approuvé a plus de 92% un projet de nouvelle constitution, faisant sauter les deux verrous interdisant à M. Sassou Nguesso de briguer un troisième mandat en 2016 : la limite d’âge et celle du nombre des mandats.

M. Sassou Nguesso a dirigé le Congo à l’époque du parti unique, de 1979 jusqu’aux élections pluralistes de 1992, qu’il a perdues. Revenu au pouvoir par les armes en 1997, il a été élu président en 2002 et réélu en 2009.

Par Guylain Gustave Moke

WordPress/AFP

Publicités

À propos de Guylain Gustave Moke Munsche Mvula

Journaliste International,Analyste Politique, Guylain Gustave Moke vous invite á partager les Informations politiques credibles et dignes de foi. Parce que le monde n’a jamais changé aussi vite, l’actualité internationale est, chaque jour, plus difficile à décrypter. Les grilles de lecture toutes faites ne suffisent pas. Certains thèmes s’imposent parce que tout le monde en parle. D’autres sujets plus lointains peuvent éclairer les grandes questions du moment. Rien de ce qui nous arrive n’est intelligible sans tenir compte de notre place dans le monde, sans être à l’écoute de la planète. Je vous invite à enrichir notre débat dans un esprit libre et constructif.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :