//
you're reading...
Non classé

ISRAEL: Si Yitzhak Rabin était encore en vie?

Israéliens et Palestiniens auraient-ils vécu en paix? Où en est Israël aujourd’hui? Le souvenir de l’assassinat du Premier ministre Yitzhak Rabin il y a 20 ans pousse les Israéliens à interroger le présent et l’avenir, entre rêverie prophétique et durs rappels à la réalité.

Des dizaines de milliers d’Israéliens – jusqu’à 100.000 disent certains médias – se sont massés samedi soir sur la place où Rabin a été assassiné le 4 novembre 1995 et qui porte désormais son nom. Israël n’avait plus connu de tel rassemblement de gauche depuis longtemps.

Rabin's grave

Rabin’s grave

Rabin, l’ancien héros de la guerre des Six Jours ayant fait le choix de la paix au point de recevoir le prix Nobel (avec son rival Shimon Peres et le leader palestinien Yasser Arafat) en 1994, en était le héraut à leurs yeux. Dans la foule sombre, la plupart admettait que la paix n’avait jamais paru aussi lointaine aujourd’hui.

Meirav, 44 ans, fidèle à ce rendez-vous annuel, n’avait « jamais vu autant de monde depuis des années, et c’est rassurant car je n’ai jamais senti Rabin aussi loin de nous que cette année ». « De l’espoir, je n’en n’ai plus depuis ce 4 novembre 1995. C’est aussi notre naïveté qu’ils ont tuée ce soir-là », dit-elle, abondant avec tous ceux qui disent que les Accords d’Oslo sont morts avec Rabin.

« Rassemblement du désespoir », titrait dimanche le quotidien Maariv. « Rassemblement pour nulle part », renchérissait Yedioth Ahronoth.

Un nouvel enchaînement de violences oppose Israéliens et Palestiniens, dont les dirigeants ne se parlent plus depuis des mois. Après une série de méfaits de l’extrême droite, tout le monde avait à l’esprit, place Rabin, qu’un autre attentat comme celui de 1995 était possible.

– La gauche vaincue –

Au moment où Bill Clinton, l’ami de Rabin, exhortait la foule à « achever le dernier chapitre de l’histoire » écrite par Rabin, le ministre israélien des Sciences Ofir Akunis, membre de l’un des gouvernements les plus à droite de l’histoire, affirmait que « l’idée de deux Etats (israélien et palestinien) est morte », selon le quotidien Maariv.

Dans un tel contexte, beaucoup se posent la question: « que se serait-il passé si Rabin n’avait pas été assassiné? ».

Si Rabin avait eu un mandat de plus, « nous serions parvenus à un accord permanent avec les Palestiniens et même peut-être à la paix avec la Syrie », assure Ouri Savir, négociateur en chef entre 1993 et 1996 des accords d’Oslo, qui devaient jeter les fondations d’un Etat palestinien.

Après l’assassinat de Rabin par l’extrémiste Yigal Amir, la gauche a perdu les élections et Benjamin Netanyahu a pris la tête du pays pour la première fois. « Il s’est employé à démanteler minutieusement tout ce qui était prévu », affirme Ouri Savir.

« Vous pensez qu’on a une baguette magique? Non. Devra-t-on toujours vivre par le glaive? La réponse est oui », aurait déclaré M. Netanyahu la semaine passée à des députés selon le quotidien Haaretz.

Une partie de la gauche doute elle-même de la capacité ou de la volonté de Rabin d’aller jusqu’au bout du chemin.

– ‘Un dirigeant respectable’ –

« Si Rabin était en vie, il serait aujourd’hui un retraité nonagénaire hyperactif comme Peres, et Netanyahu serait quand même Premier ministre et continuerait d’expliquer pourquoi tout est de la faute des Palestiniens », estime, amer, Anshel Pfeffer, éditorialiste du Haaretz, en faisant référence à l’évolution sociologique et électorale israélienne.

La fille de Rabin, l’ancienne députée Dalia Rabin, refuse que l’on fasse porter tout le poids du destin sur les épaules de son père. « Il existait le sentiment qu’une sorte de relation de confiance s’était construite entre Arafat et Rabin. Mais elle était dans l’ensemble très fragile », dit-elle.

Un sondage publié par le journal pro-gouvernemental Israel Hayom indique que, pour 76% des Israéliens, Rabin était « un dirigeant respectable », qui manque à 55% d’enre eux. Mais un tiers seulement juge les Accords d’Oslo justifiés.

Pour les Palestiniens aussi, Rabin est une figure ambiguë. Ils n’ont pas oublié qu’alors ministre de la Défense, il appelait à « briser les os » des émeutiers lors de la première Intifada.

Le président palestinien Mahmoud Abbas l’a cependant cité dans son discours à l’ONU fin septembre, s’appropriant ses mots pour mettre en garde contre le « cancer » de la colonisation. Aujourd’hui, comme la direction palestinienne, Rabin incarne pour le Palestinien de la rue l’échec d’Oslo.

Par Guy;ain Gustave Moke

WordPress/AFP

Publicités

À propos de Guylain Gustave Moke Munsche Mvula

Journaliste International,Analyste Politique, Guylain Gustave Moke vous invite á partager les Informations politiques credibles et dignes de foi. Parce que le monde n’a jamais changé aussi vite, l’actualité internationale est, chaque jour, plus difficile à décrypter. Les grilles de lecture toutes faites ne suffisent pas. Certains thèmes s’imposent parce que tout le monde en parle. D’autres sujets plus lointains peuvent éclairer les grandes questions du moment. Rien de ce qui nous arrive n’est intelligible sans tenir compte de notre place dans le monde, sans être à l’écoute de la planète. Je vous invite à enrichir notre débat dans un esprit libre et constructif.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :