//
you're reading...
Non classé

CENTRAFRIQUE: Une femme à la tête de l’Autorité nationale des élections

L’Autorité nationale des élections (ANE) centrafricaine, chargée d’organiser les élections présidentielle et législatives prévues en principe avant la fin de l’année, a nommé une femme à sa tête, a rapporté jeudi la radio-télévision nationale à Bangui. marie-madeleine-hoornaert

Marie-Madeleine N’kouet Hoornaert, précédemment rapporteuse générale de l’ANE, remplace Dieudonné Kombo Yaya, qui a démissionné début octobre, en évoquant des « pressions » pour organiser les scrutins dans un délai trop court selon lui.

Après de précédents reports dans un pays toujours instable après les violences intercommunautaires de 2013-2014, les autorités de la transition avaient fixé au 18 octobre le premier tour de la présidentielle et des législatives. Auparavant, un référendum constitutionnel censé se tenir le 4 octobre n’a pas eu lieu.

M. Kombo Yaya, président démissionnaire de l’ANE a justifié sa décision en pointant du doigt « des pressions de la présidence centrafricaine et de la communauté internationale » pour organiser les élections avant la fin de l’année, alors qu’une partie de la classe politique estime que le pays n’est pas prêt, pour des raisons financières et sécuritaires.

Un projet de nouveau calendrier de l’ANE propose que le référendum constitutionnel ait lieu le 6 décembre 2015, le 1er tour des élections présidentielle et législatives le 13 décembre et un éventuel second tour le 24 janvier. Les différentes institutions de la transition doivent mener des consultations jusqu’à la fin de la semaine sur ce calendrier.

En cas d’accord sur ces dates, il serait alors officialisé la semaine prochaine. Le renversement en mars 2013 du président François Bozizé par une rébellion à dominante musulmane, la Séléka, a plongé l’ex-colonie française, déjà très instable, dans sa plus grave crise depuis son indépendance en 1960, déclenchant des tueries de masse entre communautés musulmanes et chrétiennes en 2013 et 2014, dont le pays peine toujours à se relever.

Fin septembre, Bangui a connu un regain de violences qui ont fait au moins 36 morts et près de 30.000 déplacés en quelques jours.

Par Guylain Gustave Moke

WordPress/AFP

Publicités

À propos de Guylain Gustave Moke Munsche Mvula

Journaliste International,Analyste Politique, Guylain Gustave Moke vous invite á partager les Informations politiques credibles et dignes de foi. Parce que le monde n’a jamais changé aussi vite, l’actualité internationale est, chaque jour, plus difficile à décrypter. Les grilles de lecture toutes faites ne suffisent pas. Certains thèmes s’imposent parce que tout le monde en parle. D’autres sujets plus lointains peuvent éclairer les grandes questions du moment. Rien de ce qui nous arrive n’est intelligible sans tenir compte de notre place dans le monde, sans être à l’écoute de la planète. Je vous invite à enrichir notre débat dans un esprit libre et constructif.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :