//
you're reading...
Non classé

CENTRE-AFRIQUE: Viols et l’armée Française

sangaris__2015La fonctionnaire de l’ONU qui a révélé le scandale des viols d’enfants centrafricains par des soldats français contredit les affirmations de la Défense. Gallianne Palayret est officier des droits de l’homme pour l’ONU. Cette Française est à l’origine des révélations de viols commis par des militaires français de l’opération Sangaris en Centrafrique sur des enfants.

Son rapport, publié en avril 2015 par le quotidien britannique The Guardian , fait état des témoignages de six enfants de 9 à 13 ans dénonçant ces abus sexuels, dont des fellations, dans le camp de l’aéroport M’Poko à Bangui, entre fin 2013 et mai-juin 2014.

Ces témoignages ont provoqué à l’époque un vif émoi au sein de l’armée française. « Si les faits sont avérés, je ne mesurerai pas ma colère, parce lorsque le soldat français est en mission, il est la France. Si, d’aventure, un seul d’entre eux a commis de tels actes, qu’il se dénonce immédiatement », avait déclaré le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian.

Les langues se délient Or, peu après les révélations du Guardian, les langues ont commencé à se délier. Il s’est avéré que les Nations unies étaient au courant des allégations de viols depuis un an, et avaient ouvert une enquête dès le printemps 2014. Un responsable de l’ONU a alors transmis en juillet 2014 le rapport d’enquête aux autorités françaises, date à laquelle celles-ci ont officiellement été mises au courant.

À son tour, Paris a alors ouvert une enquête préliminaire. Quatorze soldats ont été mis en cause, dont trois ont été identifiés par l’enquête. Or voilà la version française contredite par Gallianne Palayret, la fonctionnaire onusienne à l’origine du scandale.

Pour les besoins de l’enquête en cours, l’ONU vient d’accepter la levée de l’immunité juridictionnelle qui pesait sur son employée afin qu’elle soit entendue comme témoin. Et ses déclarations sont de nouveau explosives. En effet, la jeune femme révèle à France Info que l’armée française était au courant des accusations pesant sur ses soldats dès le mois de mai 2014. « No comment » à la Défense Arrivée à Bangui en mars 2014, la jeune femme est alertée par une ONG travaillant sur le camp de déplacés de M’Poko.

D’après l’organisation, des enfants auraient été violés par des soldats français de la force Sangaris en échange de rations de nourriture. Gallianne Palayret interroge six garçons, âgés de 9 à 13 ans. En mai 2014, elle décide d’avertir l’état-major de la force française à Bangui. « Ils m’ont prise très au sérieux, ils m’ont tout de suite dit qu’ils allaient informer Paris, mettre plus de patrouilles, et que si cela était avéré des sanctions seraient prises. Ils ont été très surpris, mais aussi très professionnels dans la réponse », raconte-t-elle à France Info.

Contacté par la radio, le siège de l’état-major des armées à Paris refuse pour l’heure de commenter ces allégations.

Par Guylain Gustave Moke

WordPress/AFP

 

Publicités

À propos de Guylain Gustave Moke Munsche Mvula

Journaliste International,Analyste Politique, Guylain Gustave Moke vous invite á partager les Informations politiques credibles et dignes de foi. Parce que le monde n’a jamais changé aussi vite, l’actualité internationale est, chaque jour, plus difficile à décrypter. Les grilles de lecture toutes faites ne suffisent pas. Certains thèmes s’imposent parce que tout le monde en parle. D’autres sujets plus lointains peuvent éclairer les grandes questions du moment. Rien de ce qui nous arrive n’est intelligible sans tenir compte de notre place dans le monde, sans être à l’écoute de la planète. Je vous invite à enrichir notre débat dans un esprit libre et constructif.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :