//
you're reading...
Non classé

CONGO: Réferendum sur la nouvelle constitution

Le gouvernement de Brazzaville a appelé lundi soir les Congolais à se rendre aux urnes le 25 octobre pour un référendum sur un projet de nouvelle Constitution qui permettrait au président Denis Sassou Nguesso de se représenter en 2016.

Âgé de 72 ans cette année, M. Sassou avait annoncé le 22 septembre son intention de soumettre à référendum une nouvelle loi fondamentale. denis_sassou_nguesso_5

En moins de deux semaines, la commission chargée d’adopter le projet de Constitution susceptible de faire entrer le pays dans une « Nouvelle République », a rendu sa copie. « Au terme d’un débat enrichissant (…) le Conseil des ministres, chacun ayant pleinement conscience du caractère historique de l’événement, a décidé d’adopter avec amendements le projet de loi portant Loi constitutionnelle », indique un compte-rendu officiel de la session transmis .

« Le référendum sur le projet de loi constitutionnelle est convoqué pour le dimanche 25 Octobre 2015 », ajoute le texte, précisant que la campagne en vue de cette consultation populaire s’étendra du 9 au 23 octobre. La nouvelle Constitution ramènerait la durée du mandat présidentiel de sept à cinq ans mais stipule que le mandat du chef de l’État « est renouvelable deux fois ».

Conformément aux recommandations du « dialogue national » de juillet – dénoncé comme une farce par l’opposition – le projet de nouvelle constitution abaisse à 30 ans (contre 40) l’âge minimum pour être candidat à la magistrature suprême en faisant disparaître l’âge maximal de 70 ans inscrit dans la Constitution de 2002.

M. Sassou cumule plus de 30 ans à la tête du pays. Il a dirigé le Congo à l’époque du parti unique, de 1979 jusqu’aux élections pluralistes de 1992, qu’il a perdues.

– ‘Crise politique annoncée’ –

Revenu au pouvoir en 1997 à l’issue d’une violente guerre civile, il a été élu président en 2002 et réélu en 2009. La Constitution actuelle lui interdit à double titre de se présenter à la prochaine présidentielle devant avoir lieu mi-2016 en ce qu’elle limite à deux le nombre de mandats que peut exercer un chef de l’État et interdit à toute personne âgée de plus de 70 ans de concourir à la présidentielle.

Selon le gouvernement, le projet de Constitution devant être soumis aux Congolais instituerait un « exécutif bicéphale » en faisant du Premier ministre « le chef du gouvernement, à la place du chef de l’État », ce qui serait un « changement majeur ».

L’annonce d’un référendum le 22 septembre avait soulevé une levée de boucliers de la part de l’opposition. Cette « démarche (…) plonge le pays dans un chaos et dans une grave crise », avait alors déclaré Clément Miérassa, dirigeant d’un parti d’opposition membre du Front républicain pour le respect de l’ordre constitutionnel et l’alternance démocratique (Frocad).

La Fédération internationale des ligues des droits de l’Homme (FIDH) avait dénoncé pour sa part un « coup d’État constitutionnel » destiné uniquement à permettre au président Sassou de se maintenir en place, et appelé « la communauté internationale à ne pas laisser le Congo s’enfoncer dans une crise politique annoncée ».

Sans réagir directement à l’annonce du référendum, l’ancienne puissance coloniale du Congo, la France a appelé de ses vœux « un processus électoral crédible conduisant à des scrutins libres et transparents, dans le respect de l’État de droit et des libertés publiques » dans ce pays.

Aux cris de « Sassoufit ! », «  »Non au troisième mandat ! », « Sassou dégage ! »,  » Non au référendum », l’opposition congolaise a tenu le 27 septembre à Brazzaville son plus grand rassemblement depuis 1997 avec plusieurs dizaines de milliers de personnes.

Avant même l’annonce de la date du référendum, les partisans de la nouvelle Constitution ont appelé à manifester le 10 octobre au même endroit.

Par Guylain Gustave Moke

WordPress/AFP

 

Publicités

À propos de Guylain Gustave Moke Munsche Mvula

Journaliste International,Analyste Politique, Guylain Gustave Moke vous invite á partager les Informations politiques credibles et dignes de foi. Parce que le monde n’a jamais changé aussi vite, l’actualité internationale est, chaque jour, plus difficile à décrypter. Les grilles de lecture toutes faites ne suffisent pas. Certains thèmes s’imposent parce que tout le monde en parle. D’autres sujets plus lointains peuvent éclairer les grandes questions du moment. Rien de ce qui nous arrive n’est intelligible sans tenir compte de notre place dans le monde, sans être à l’écoute de la planète. Je vous invite à enrichir notre débat dans un esprit libre et constructif.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :