//
you're reading...
Non classé

ITALIE-VATICAN: Netanyahu à Rome

English: Benjamin Netanyahu, Israeli politician

English: Benjamin Netanyahu, Israeli politician (Photo credit: Wikipedia)

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu devrait inviter lundi le pape François à visiter la Terre Sainte, lors d’une première entrevue avec lui, et rencontrer son homologue italien Enrico Letta: une journée où pèseront le nucléaire iranien et les conflits régionaux, dont la Syrie.

M. Netanyahu est arrivé au Vatican vers 9H45 GMT. L’entretien avec le souverain pontife devrait servir notamment à préciser davantage les contours de sa venue en mai prochain, la quatrième d’un pape en Terre Sainte. Elle pourrait inclure Israël, les Territoires palestiniens et la Jordanie.

Lors du volet italien de la visite, la signature d’une dizaine d’accords est prévue. Mais aussi un tour d’horizon international entre M. Netanyahu et un gouvernement dont la diplomatie est traditionnellement très active dans tout le Moyen-Orient.

Aussi bien le pape que le président du Conseil italien auront à coeur de demander au chef du gouvernement israélien de relancer les efforts pour mettre en oeuvre la solution de deux Etats palestinien et israélien, avec Jérusalem comme capitale. Efforts qui sont à nouveau au point mort.

M. Nehanyahu vient au Vatican alors que sa visite avait été annoncée pour le mois dernier par Jérusalem. Selon plusieurs sources suivant le Vatican, elle n’aurait jamais été vraiment programmée.
Il a été précédé au Saint-Siège par le président Shimon Peres, le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas et le roi de Jordanie Abdallah II, qui ont chacun invité François en Terre Sainte l’an prochain. Invitations auxquelles le pape a répondu très favorablement sur le principe.

Il est improbable que le Vatican, soucieux de ne privilégier aucun des protagonistes en Terre Sainte, annonce la visite de François, dans la foulée de la rencontre avec M. Netanyahu.

Le pape argentin est apprécié en Israël pour ses très bons rapports avec la communauté juive d’Argentine et son grand respect pour le judaïsme.

Un des scenarios évoqués ces derniers mois a été celui d’un voyage commun avec le patriarche orthodoxe de Constantinople, Bartholomée, pour le cinquantième anniversaire de la visite historique de Paul VI et du patriarche Athenagoras en 1964 en Terre Sainte.

François devrait débuter en Jordanie sa visite, a affirmé dimanche l’agence jordanienne Petra, citant le « ministre » des Affaires étrangères du pape, Mgr Dominique Mamberti.

Les laborieuses négociations sur les contentieux juridico-financiers relatifs aux biens de l’Eglise, le statut de la ville sainte de Jérusalem, les mécontentements de communautés catholiques qui dénoncent la construction d’un mur de séparation sur leurs terres, le conflit en Syrie et l’attitude d’Israël face à ce conflit, la situation minoritaire des chrétiens — 2% des Israéliens, 1,2% des Palestiniens– et bien sûr l’Iran seront à l’ordre du jour.

M. Netanyahu devait évoquer devant M. Letta mais aussi devant le pape sa préoccupation première quant au danger d’une bombe atomique iranienne, qu’il n’a de cesse de dénoncer.  « Oubliez vos illusions: l’Iran cherche la bombe atomique et c’est un régime qui soutient le terrorisme », a-t-il répété dimanche dans la synagogue de Rome. « Je ne garderai pas le silence si les intérêts israéliens sont en danger », a-t-il mis en garde, à la suite de l’accord des grandes puissances et de l’Iran à Genève sur le dossier du nucléaire.

M. Letta avait répliqué sur un ton bien plus modéré: « l’objectif commun à toute la communauté internationale est de parvenir à une dénucléarisation militaire de l’Iran et je suis convaincu que nous y parviendrons en utilisant tous les moyens pacifiques et diplomatiques ».

Le Saint-Siège plaide sans cesse pour le désarmement nucléaire mais est aussi intéressé par des relations cordiales avec la République islamique qui a un rôle clé dans toute la région.

Le nouveau président modéré Hassan Rohani a affirmé récemment que « l’Iran et le Saint-Siège ont des objectifs similaires ».

Les relations entre le Saint-Siège et les théologiens chiites sont par ailleurs cordiales et assez intenses.

Par Guylain Gustave Moke

WordPress/AFP

Publicités

À propos de Guylain Gustave Moke Munsche Mvula

Journaliste International,Analyste Politique, Guylain Gustave Moke vous invite á partager les Informations politiques credibles et dignes de foi. Parce que le monde n’a jamais changé aussi vite, l’actualité internationale est, chaque jour, plus difficile à décrypter. Les grilles de lecture toutes faites ne suffisent pas. Certains thèmes s’imposent parce que tout le monde en parle. D’autres sujets plus lointains peuvent éclairer les grandes questions du moment. Rien de ce qui nous arrive n’est intelligible sans tenir compte de notre place dans le monde, sans être à l’écoute de la planète. Je vous invite à enrichir notre débat dans un esprit libre et constructif.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :