//
you're reading...
Non classé

CHINE: Les Avions du Japon et la Corée du Sud ont survolé la nouvelle zone de défense

Le Japon et la Corée du Sud ont affirmé jeudi avoir envoyé des avions dans la nouvelle zone de défense aérienne décrétée par Pékin, sans en référer aux autorités chinoises, après un survol identique par des bombardiers américains. afd118957e16095248f90d85974a54108332f7dc_1895176_465x348p[1]

Ce front uni de défi accentuait la pression sur le régime communiste, sa propre presse soulignant le risque de voir les critiques s’accumuler contre une Chine peu rompue à la « guerre psychologique ».

Dessus d’une grande partie de la mer de Chine orientale, zone qui englobe les îles Senkaku, un archipel administré par le Japon mais revendiqué par la Chine sous le nom de Diaoyu. Pacifique où les ambitions maritimes de la Chine inquiètent de plus en plus.

Selon les nouvelles règles édictées par Pékin, les avions s’aventurant dans la zone doivent déposer leur plan de vol, faire connaître leur nationalité et rester en contact radio avec les autorités chinoises. 52 américains, qui avaient décollé lundi de l’île de Guam dans le Pacifique, ont traversé cette zone aérienne sans prévenir les autorités chinoises.

En agissant ainsi, les Etats-Unis ont vraisemblablement tenu à signaler à la Chine qu’ils n’avaient pas l’intention de lui céder du terrain dans une région Asie-Pacifique où ils se renforcent militairement.
Jeudi ce sont des appareils des garde-côtes japonais qui ont pénétré et volé sans rencontrer d’opposition dans la « zone aérienne d’identification » (ZAI) controversée.

« Nous n’avons pas changé nos opérations normales de patrouille dans cette zone et nous n’avons pas informé (la Chine) de nos plans de vol. Nous n’avons rencontré aucun chasseur chinois », a indiqué  le porte-parole des garde-côtes japonais, Yasutaka Nonaka.

Par ailleurs, selon le quotidien Asahi Shimbun, des appareils militaires des Forces d’Autodéfense (SDF, le nom officiel de l’armée japonaise) ont également traversé à une date non précisée la « ZAI » chinoise.
Après avoir plié dans un premier temps par souci de sécurité de leurs passagers, les deux principales compagnies aériennes nippones, JAL et ANA, ont décidé mercredi de ne pas communiquer leurs plans de vol.

L’avion militaire coréen a également traversé mardi la nouvelle zone de défense aérienne sans en informer les autorités chinoises. L’avion militaire coréen, a eu lieu dans le cadre d’exercices militaires autour d’un récif submergé que se disputent Pékin et Séoul.

Ces « jeux » dangereux en mer de Chine orientale inquiètent visiblement au plus haut point les Etats-Unis, principal allié et protecteur du Japon.

Selon un responsable américain, le vice-président Joe Biden, en visite officielle en Chine dans une semaine, a l’intention de « communiquer directement » les inquiétudes américaines et de « demander des éclaircissements » à ses interlocuteurs.

Jeudi, un porte-parole de la diplomatie chinoise, Qin Gang, a demandé à Washington et Tokyo de « rectifier sur le champ leurs erreurs et mettre un terme à leurs accusations irresponsables envers la Chine ».

Des voix se sont par ailleurs élevées jeudi en Chine pour reprocher au gouvernement d’avoir mis trop longtemps à réagir à « l’acte de défi » de Washington avec ses deux bombardiers.

Les Etats-Unis ont adopté un « comportement déviant » s’inscrivant dans une « guerre d’opinion dirigée contre Pékin », a affirmé le journal Global Times.

La Chine « n’est pas parvenue à offrir dans un délai satisfaisant une réponse appropriée et nous avons été inondés par une quantité exponentielle de commentaires négatifs sur la nouvelle zone aérienne », a jugé ce quotidien très lié au Parti communiste.

Le ministère chinois de la Défense avait affirmé mercredi avoir réalisé une « surveillance constante » du vol de deux bombardiers américains, tentant de sauver les apparences pour le régime communiste.
« La situation désordonnée est due au jusqu’au-boutisme de Tokyo, et le message de Washington va seulement conforter la dangereuse belligérance de Tokyo et supprimer la marge disponible pour des manoeuvres diplomatiques », a de son côté assuré le China Daily, autre quotidien de la presse officielle chinoise.

Par Guylain Gustave Moke

WordPress/AFP

Publicités

À propos de Guylain Gustave Moke Munsche Mvula

Journaliste International,Analyste Politique, Guylain Gustave Moke vous invite á partager les Informations politiques credibles et dignes de foi. Parce que le monde n’a jamais changé aussi vite, l’actualité internationale est, chaque jour, plus difficile à décrypter. Les grilles de lecture toutes faites ne suffisent pas. Certains thèmes s’imposent parce que tout le monde en parle. D’autres sujets plus lointains peuvent éclairer les grandes questions du moment. Rien de ce qui nous arrive n’est intelligible sans tenir compte de notre place dans le monde, sans être à l’écoute de la planète. Je vous invite à enrichir notre débat dans un esprit libre et constructif.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :