//
you're reading...
Non classé

TUNISIE: Moody’s dégrade une nouvelle fois la note

L’agence de notation financière Moody’s abaisse encore d’un cran la note de la dette souveraine de la Tunisie à « Ba3 » et l’assortit d’une perspective négative, invoquant « l’incertitude politique et la polarisation grandissante » qui règnent depuis la révolution de janvier 2011.890e41bd837c236c7c23c062a16b6f73154f2bfd[1]

Avec cette nouvelle dégradation, Moody’s continue de s’inquiéter des graves tensions qui agitent le pays. L’agence a déjà abaissé la note de la Tunisie par deux fois cette année : fin février, en plaçant le pays dans la catégorie spéculative (« Ba1 »), et fin mai, en accentuant ce jugement (« Ba2 »).

Moody’s a justifié sa décision, dans un communiqué, par « l’incertitude politique et la polarisation grandissante », « les difficultés accrues (du pays) pour trouver des financements externes », ses « déséquilibres persistants dans la balance des paiements et le système fiscal », et « l’état fragile des banques appartenant à l’Etat ».

L’agence indique qu’elle pourrait continuer à abaisser la note, notamment en cas « d’impasse politique persistante » et « de détérioration soutenue de la balance des paiements ». Elle ajoute qu’une amélioration de la note « est improbable dans un futur proche ».

La Tunisie est plongée dans une profonde crise politique depuis l’assassinat d’un député d’opposition le 25 juillet. Des négociations pour former un gouvernement apolitique, dégager un consensus sur la future constitution et un calendrier électoral ont échoué début novembre.

Neuf mois après la révolution de janvier 2011, l’Assemblée nationale constituante (ANC), où les islamistes d’Ennahda disposent d’une majorité relative, a été élue pour doter le pays d’une nouvelle Constitution. Deux ans plus tard, le texte est toujours en cours d’élaboration faute de consensus.

Conséquence de cette instabilité politique, le pays peine à relever son économie depuis la révolution de janvier 2011 dont les principaux facteurs étaient déjà le chômage et la misère.

Faute de visibilité politique et face à la multiplication des conflits sociaux et des violences, notamment celles orchestrées par la mouvance salafiste, l’investissement et la croissance sont en berne.

Par Guylain Gustave Moke

WordPress/AFP

Publicités

À propos de Guylain Gustave Moke Munsche Mvula

Journaliste International,Analyste Politique, Guylain Gustave Moke vous invite á partager les Informations politiques credibles et dignes de foi. Parce que le monde n’a jamais changé aussi vite, l’actualité internationale est, chaque jour, plus difficile à décrypter. Les grilles de lecture toutes faites ne suffisent pas. Certains thèmes s’imposent parce que tout le monde en parle. D’autres sujets plus lointains peuvent éclairer les grandes questions du moment. Rien de ce qui nous arrive n’est intelligible sans tenir compte de notre place dans le monde, sans être à l’écoute de la planète. Je vous invite à enrichir notre débat dans un esprit libre et constructif.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :