//
you're reading...
Non classé

EGYPTE: Un des derniers leaders des Frères musulmans arrêté

La police a arrêté au Caire l’un des tout derniers leaders encore libres des Frères musulmans, la confrérie du président islamiste égyptien Mohamed Morsi destitué par l’armée, a annoncé mercredi le gouvernement intérimaire.9637c1abe3c580e4bea3ddd7d0184eedf21be4c4_1[1]

Essam al-Erian, vice-président du Parti de la Liberté et de la Justice (PLJ), le bras politique des Frères, a été capturé dans la nuit dans un quartier de l’est de la capitale où il se cachait, selon un communiqué du ministère de l’Intérieur.

Son arrestation survient alors que plus de 2.000 Frères musulmans, dont la quasi-totalité de leurs leaders, ont été emprisonnés depuis le 14 août, jour où policiers et soldats ont tué des centaines de manifestants pro-Morsi en dispersant violemment leurs rassemblements au Caire.

Depuis, une répression implacable de leurs manifestations a fait plus d’un millier de morts parmi les partisans du premier président élu démocratiquement en Egypte. M. Morsi a été destitué et arrêté par l’armée le 3 juillet. Comme lui, les principaux dirigeants des Frères musulmans sont actuellement jugés notamment pour « incitation au meurtre » de manifestants quand ils étaient au pouvoir.

Des photos circulant sur les réseaux sociaux montrent M. al-Erian souriant dans la nuit aux mains des policiers et faisant le signe de ralliement des pro-Morsi, qui accusent l’armée d’avoir perpétré un « coup d’Etat » le 3 juillet.

M. al-Erian est le numéro 2 du PLJ, le parti qui avait remporté haut la main les élections législatives de la fin 2011 et dont le président, M. Morsi, avait été élu chef de l’Etat six mois plus tard.

M. Morsi est détenu au secret par l’armée depuis sa destitution et son procès pour « incitation au meurtre » de manifestants doit s’ouvrir au Caire le 4 novembre.

Le camp pro-Morsi a déjà prévenu que son leader « ne reconnaissait pas l’autorité du tribunal » chargé de le juger, ajoutant que, de ce fait, il n’aurait « aucun avocat » pour le défendre, tout comme les 14 autres cadres des Frères musulmans qui comparaîtront avec lui pour avoir « incité à commettre des meurtres prémédités » lors de heurts ayant fait sept morts devant le palais présidentiel au Caire le 5 décembre 2012.

Par Guylain Gustave Moke

WordPress/AFP

Publicités

À propos de Guylain Gustave Moke Munsche Mvula

Journaliste International,Analyste Politique, Guylain Gustave Moke vous invite á partager les Informations politiques credibles et dignes de foi. Parce que le monde n’a jamais changé aussi vite, l’actualité internationale est, chaque jour, plus difficile à décrypter. Les grilles de lecture toutes faites ne suffisent pas. Certains thèmes s’imposent parce que tout le monde en parle. D’autres sujets plus lointains peuvent éclairer les grandes questions du moment. Rien de ce qui nous arrive n’est intelligible sans tenir compte de notre place dans le monde, sans être à l’écoute de la planète. Je vous invite à enrichir notre débat dans un esprit libre et constructif.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :