//
you're reading...
Non classé

PAKISTAN-USA: Sharif demande à Obama la fin des frappes de drones

Le Premier ministre pakistanais Nawaz Sharif, en visite officielle à Washington, a demandé mercredi au président Barack Obama la fin des frappes de drones menées par les Etats-Unis dans son pays, un contentieux de longue date.6083f1bfa4fca0e0c30029229c72b125d9f8c2b4[1]

A l’issue d’une réunion dans le cadre solennel du Bureau ovale, M. Sharif a dit aux journalistes avoir « évoqué la question des drones (…) en insistant sur la nécessité de mettre fin à de telles frappes ».

Le président américain n’a de son côté pas spécifiquement mentionné ce sujet face aux reporters, mais une déclaration commune diffusée après la réunion a affirmé que les relations entre les deux pays étaient « fondées sur les principes du respect de la souveraineté et de l’intégrité territoriale ».

Il s’agissait de la première rencontre entre MM. Obama et Sharif depuis que ce dernier, vétéran de la scène politique pakistanaise, a reconquis le pouvoir à la fin du printemps dernier, 14 ans après avoir été renversé par un coup d’Etat militaire.

Le Pakistan, voisin de l’Afghanistan, s’est révélé un allié parfois réticent des Etats-Unis dans leur lutte contre les extrémistes islamistes depuis les attentats du 11-Septembre.

Les relations entre Washington et Islamabad ont connu une crise particulièrement grave après la mort dans un raid américain en mai 2011 du chef d’Al-Qaïda Oussama Ben Laden, qui vivait caché en territoire pakistanais.

Ces liens restent en outre empoisonnés par la question des drones. Depuis 2004, entre 2.000 et 4.700 personnes, dont des centaines de civils, selon différentes évaluations, ont été tuées par plus de 300 tirs d’aéronefs américains sans pilote dans les zones tribales du nord-ouest pakistanais.

Mené par la centrale du renseignement (CIA), ce programme de frappes clandestines a longtemps fait figure de secret de Polichinelle, et le président Obama lui-même a fini par en reconnaître officiellement l’existence.

« Droit de tuer »

M. Sharif avait déjà rappelé mardi lors d’une allocution à Washington qu’une conférence inter-partis au Pakistan avait conclu que « l’usage de drones était non seulement une violation de la souveraineté » du pays, « mais qu’il se faisait aussi au détriment » des efforts pakistanais de lutte contre le terrorisme.

Egalement mardi, Amnesty International avait publié un rapport très critique sur le recours aux drones par les Etats-Unis, jugeant que Washington s’arrogeait ainsi un « droit de tuer supérieur aux tribunaux et aux normes fondamentales du droit international ».

L’ONG avait aussi critiqué « l’ambiguïté » du Pakistan qui considère officiellement ces frappes comme des violations de sa souveraineté, mais juge en privé plusieurs d’entre elles « utiles » selon elle.

Le Washington Post est allé dans le même sens en publiant mercredi soir un article où il affirme sur la foi de documents secrets qu’Islamabad soutient en sous-main les frappes de drones, même s’il s’y oppose publiquement. Selon le journal, au moins une frappe aurait même été faite « à la demande » du gouvernement pakistanais.

La Maison Blanche avait répliqué à Amnesty International en assurant que « les opérations antiterroristes américaines sont précises, elles sont légales et efficaces ».

Mercredi, M. Obama a noté que « le Premier ministre s’est engagé clairement à essayer de réduire les effets du terrorisme sur le Pakistan », un pays qui a « souffert » de telles violences, a-t-il rappelé.

Concernant l’Afghanistan voisin, d’où doivent partir 87.000 soldats de l’Otan d’ici à la fin 2014, M. Obama a promis d’oeuvrer à un accord avec Kaboul sur la présence américaine après cette échéance qui satisferait aussi le Pakistan.

Il a assuré être « confiant » dans la conclusion prochaine d’un accord avec les autorités afghanes, qui « sera non seulement bon pour l’Afghanistan, mais protègera aussi le Pakistan à long terme ».

Au lendemain de l’annonce du déblocage par Washington de 1,6 milliard de dollars d’aide au Pakistan, M. Obama a en outre pris note des réformes économiques lancées par son hôte. « Je salue le Premier ministre pour certaines des réformes qu’il a entreprises, toutes ne sont pas faciles », a-t-il dit.

Par Guylain Gustave Moke

WordPress/AFP

Publicités

À propos de Guylain Gustave Moke Munsche Mvula

Journaliste International,Analyste Politique, Guylain Gustave Moke vous invite á partager les Informations politiques credibles et dignes de foi. Parce que le monde n’a jamais changé aussi vite, l’actualité internationale est, chaque jour, plus difficile à décrypter. Les grilles de lecture toutes faites ne suffisent pas. Certains thèmes s’imposent parce que tout le monde en parle. D’autres sujets plus lointains peuvent éclairer les grandes questions du moment. Rien de ce qui nous arrive n’est intelligible sans tenir compte de notre place dans le monde, sans être à l’écoute de la planète. Je vous invite à enrichir notre débat dans un esprit libre et constructif.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :