//
you're reading...
Non classé

ETATS-UNIS: Crise budgétaire et á 4 jours du premier défaut

Le monde avait lundi les yeux rivés sur Washington où il restait quatre jours au président Barack Obama et aux élus du Congrès pour forger un compromis budgétaire et écarter la menace du premier défaut de paiement de l’histoire des Etats-Unis.

Le Président Américain Barack Obama s'exprimant sur la crise américaine

Le Président Américain Barack Obama s’exprimant sur la crise américaine

Au-delà de jeudi, le Trésor américain a prévenu qu’il ne pourrait plus emprunter et risquait de ne pouvoir assurer tous ses paiements. Une loi d’une page, votée par le Congrès américain, suffirait à relever ce que les Américains appellent le « plafond de la dette ».

Une impasse serait « un coup de tonnerre sur les marchés », a averti lundi le gouverneur de la Banque de France, Christian Noyer.  « Si on devait avoir (…) un accident sur la dette américaine, ce serait, comme l’a dit le FMI, un coup de tonnerre sur les marchés financiers, des turbulences mondiales extrêmement violentes et profondes », a dit M. Noyer, dans un entretien au quotidien Le Figaro.

A l’approche de cette échéance, les marchés ont montré leur nervosité, les trois principales places européennes (Francfort, Londres, Paris) ouvrant lundi matin en baisse.

Le sort du dollar, monnaie de réserve mondiale, et celui des bons du Trésor, placements réputés les plus sûrs de la planète, dépendent des discussions entre quelques hommes du Congrès, et plus particulièrement du Sénat, où des négociations pour l’instant infructueuses ont commencé samedi entre républicains et démocrates.

Tous conviennent qu’un défaut de paiement serait catastrophique. Mais les républicains veulent profiter de l’échéance pour engager des réformes budgétaires, en particulier du système de retraite (Social Security) et des programme d’assurance maladie publics pour les plus de 65 ans et les plus démunis (dont Medicare et Medicaid). Ces programmes consomment 43% du budget fédéral.

Barack Obama refuse de négocier « avec un pistolet sur la tempe » et accuse ses adversaires d’irresponsabilité.

Les républicains rétorquent que c’est grâce à une stratégie identique que Bill Clinton puis Barack Obama lui-même en 2011 durent accepter des compromis budgétaires.  « Nos discussions ont été substantielles, et nous allons poursuivre ces discussions », a déclaré dimanche le sénateur démocrate Harry Reid, désigné négociateur en chef de son camp. « Je suis optimiste sur les chances d’une conclusion positive ».

Les élus tentent de résoudre deux problèmes en même temps: relever la limite de la dette, et adopter une loi de finances pour rouvrir les agences fédérales partiellement fermées depuis le 1er octobre, à cause de différends budgétaires.

Pourquoi le Sénat a-t-il soudain pris l’initiative? Les sénateurs républicains seraient consternés par le dialogue de sourds de leurs collègues de la Chambre, qui ne sont pas parvenus à un accord avec Barack Obama la semaine dernière malgré l’ouverture formelle de discussions.

Mais dans tous les cas, la Chambre devra se prononcer sur un compromis sénatorial.
« Ce qu’on enverra, si on envoie quelque chose, pourrait ne pas correspondre exactement à ce que la Chambre veut, et cela pourrait donc revenir », a expliqué le sénateur républicain Bob Corker.

Le plafond de la dette est une « ligne de crédit » maximale donnée depuis 1917 par le Congrès à l’exécutif, qui ne peut en aucun cas la dépasser. Mais l’Etat fédéral fonctionne avec des déficits (3,9% du PIB en 2013) et est obligé de continuer à emprunter pour renouveler sa dette et financer ses dépenses, que ce soit la rémunération des bons du Trésor ou les pensions de retraite.

Nul ne sait la date exacte à laquelle le Trésor ne pourra plus assurer tous ses paiements. Elle pourrait intervenir n’importe quand après le 17 octobre, en fonction des variations quotidiennes de trésorerie. Une estimation du Bureau du budget du Congrès (CBO) place la date « X » entre les 22 et 31 octobre.

Un défaut, même partiel, de la première économie mondiale créerait un chaos international aux conséquences difficiles à prédire. De la Chine à l’Europe, des dirigeants consternés observent avec inquiétude le bras de fer américain.

Christine Lagarde, directrice générale du Fonds monétaire international, a estimé dimanche que les répercussions dépasseraient celles de la crise financière de 2008, lors d’un entretien sur la chaîne américaine NBC. L’OCDE prévoit de son côté que les pays développés replongeraient en récession en 2014.

Par Guylain Gustave Moke

WordPress/AFP

Publicités

À propos de Guylain Gustave Moke Munsche Mvula

Journaliste International,Analyste Politique, Guylain Gustave Moke vous invite á partager les Informations politiques credibles et dignes de foi. Parce que le monde n’a jamais changé aussi vite, l’actualité internationale est, chaque jour, plus difficile à décrypter. Les grilles de lecture toutes faites ne suffisent pas. Certains thèmes s’imposent parce que tout le monde en parle. D’autres sujets plus lointains peuvent éclairer les grandes questions du moment. Rien de ce qui nous arrive n’est intelligible sans tenir compte de notre place dans le monde, sans être à l’écoute de la planète. Je vous invite à enrichir notre débat dans un esprit libre et constructif.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :