//
you're reading...
Non classé

CENTRAFRIQUE: Les combats reprennent

Les combats ont repris en Centrafrique moins de six mois après le renversement de François Bozizé, faisant au moins 60 morts dimanche et lundi dans l’ouest entre les forces du nouveau régime et des hommes présentés comme des partisans du président déchu.714602b043739341ff37b28062b736715621c0cd[1]

« Cela fait deux jours que des hommes armés se réclamant de l’ex-président François Bozizé se sont infiltrés dans les villages autour de Bossangoa (250 km au nord-ouest de Bangui). Ils ont détruit les ponts et autres infrastructures (…) Soixante personnes au moins ont été tuées dans ces attaques », a déclaré lundi le porte-parole de la présidence, Guy-Simplice Kodégué.

La préfecture d’Ouham, dont Bossangoa est le chef-lieu, est la région d’origine du général Bozizé, renversé le 24 mars par la coalition rebelle Séléka dirigée par Michel Djotodia.

Lundi matin, « des tirs nourris d’armes lourdes et légères » entendus dans les environs de Bossangoa, ont fait fuir les habitants, a indiqué  sous couvert d’anonymat une source militaire à Bangui.

Ces affrontements ont fait une dizaine de morts à Bossangoa dimanche, et au moins quatre combattants du Séléka ont également été tués, selon le porte-parole de la présidence. La veille, deux employés locaux de l’ONG française ACTED ont été tués par des hommes armés près de Bossangoa.

En août, le général Bozizé, de passage en France, s’était dit prêt à reprendre le pouvoir « si l’occasion se présentait », en affirmant privilégier « la voie politique puisque la voie des armes ne vient que lorsque la solution politique n’est pas trouvée ».

Lin Banouképa, coordinateur du Front pour le retour à l’ordre constitutionnel en Centrafrique, un collectif pro-Bozizé créé en août à Paris, a nié lundi toute implication des partisans du président déchu dans les violences.

« Ce ne sont pas des partisans de François Bozizé », a affirmé M. Banouképa, accusant les « hommes armés de Djotodia », d’avoir mené « une expédition punitive », en « attaquant des églises, des temples et en profanant des cimetières », en particulier à Benzambé (ouest), village dont est originaire le général Bozizé.

Ces affrontements aggravent une situation sécuritaire déjà chaotique depuis la prise du pouvoir par le Séléka dont les combattants sont accusés d’exactions, de violences et de pillages à répétition contre la population.

Fin août, le nouveau président Michel Djotodia a interdit aux combattants du Séléka de participer à toute opération de maintien de l’ordre dans la capitale, après des opérations de « désarmement » dans des quartier de Bangui considérés comme des fiefs de M. Bozizé qui s’étaient accompagnées de pillages et d’incendies d’habitations.

Une force africaine, la Misca, a commencé à se déployer à Bangui, où est également positionné un contingent de l’armée française. Mais la Misca ne compte actuellement que 750 hommes – sur un total prévu de 3.652 – en raison notamment de problèmes de financements. C’est bien peu pour sécuriser un pays de plus de 600.000 km2.

Face à la faillite de l’Etat centrafricain, des éléments incontrôlés du Séléka et divers groupes armés difficiles à identifier profitent du vide sécuritaire pour semer la terreur.

La semaine dernière, le Haut-Commissariat de l’ONU pour les réfugiés (HCR) avait annoncé que des milliers de personnes avaient été déplacées et au moins huit villages incendiés au cours de récentes violences dans le nord de la Centrafrique.

Les habitants y faisaient état « d’agressions physiques, d’extorsions, de pillages, d’arrestations arbitraires et de tortures commis par des hommes armés » selon le HCR.

Au total, le HCR a enregistré près de 209.000 nouveaux déplacés depuis décembre dans l’ensemble du pays, qui compte moins de cinq millions d’habitants.

Lundi, un appel pour la « paix et la réconciliation nationale en République centrafricaine » qui met l’accent sur le désarmement des milices et le retour des réfugiés, a été signé à Rome entre la communauté de Sant’Egidio, et des membres du gouvernement de transition, responsables religieux et représentants de la société civile de Centrafrique.

Le président français François Hollande avait déjà interpellé l’ONU et l’Union africaine le 27 août, jugeant qu’il était « plus que temps d’agir » dans un pays « au bord de la somalisation », en référence au chaos sanglant dans lequel a sombré la Somalie depuis 1991.

Par Guylain Gustave Moke

WordPress/AFP

Publicités

À propos de Guylain Gustave Moke Munsche Mvula

Journaliste International,Analyste Politique, Guylain Gustave Moke vous invite á partager les Informations politiques credibles et dignes de foi. Parce que le monde n’a jamais changé aussi vite, l’actualité internationale est, chaque jour, plus difficile à décrypter. Les grilles de lecture toutes faites ne suffisent pas. Certains thèmes s’imposent parce que tout le monde en parle. D’autres sujets plus lointains peuvent éclairer les grandes questions du moment. Rien de ce qui nous arrive n’est intelligible sans tenir compte de notre place dans le monde, sans être à l’écoute de la planète. Je vous invite à enrichir notre débat dans un esprit libre et constructif.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :