//
you're reading...
Non classé

SOUDANS: Compromis trouvé á transiter le pétrole sud-soudanais

Le Soudan a accepté mardi de ne pas interrompre le transit du pétrole sud-soudanais, mettant fin à trois mois d’incertitude, et s’est engagé à appliquer tous les accords entre les deux pays, plusieurs fois reportés.6bc012596930a802e7a29a678647106a8ec56661_0[1]

Accusant Juba de soutenir des rebelles sur son territoire, Khartoum avait menacé en juin d’interrompre le transport de brut, dont le Sud détient 75% des réserves depuis la partition en juillet 2011 mais qui ne peut être exporté sans transiter par les infrastructures du Nord.

L’ultimatum, reporté deux fois, devait prendre fin vendredi.

Mais, à la clôture d’un sommet mardi à Khartoum avec son homologue sud-soudanais Salva Kiir, le président soudanais Omar el-Béchir s’est engagé à respecter tous les accords signés entre son pays et le Soudan du Sud, soulignant que cela comprenait « le transit de pétrole sud-soudanais par les infrastructures soudanaises ».

Les revenus générés par le pétrole extrait au Soudan du Sud et exporté via le Soudan représentent, selon les spécialistes, des milliards de dollars et constituent l’une des seules sources de devises de ces deux pays pauvres d’Afrique.

De son côté, M. Kiir a démenti tout soutien à des rebelles combattant de l’autre côté de la frontière. « Nous ne soutenons pas les rebelles et cela peut se vérifier », a-t-il assuré.

Nos « deux pays ne peuvent pas toujours rester sur le pied de guerre. S’ils le font, ils ne pourront offrir de services publics à leurs citoyens », a-t-il souligné lors d’une session à laquelle participaient M. Béchir et plusieurs ministres des deux Soudans.

« Nous devons tourner la page et commencer une nouvelle ère », a encore affirmé M. Kiir. « Ce sur quoi nous nous sommes mis d’accord en septembre (2012, NDLR) doit marquer la fin de tout conflit ».

En mars, les deux pays avaient commencé à mettre en oeuvre neuf accords qu’ils avaient signés en septembre dernier, comprenant une zone tampon démilitarisée le long de leur frontière qui n’est pas démarquée.

Ces accords avaient également permis la reprise du transit de pétrole du Soudan du Sud vers le Nord, en contrepartie d’un droit de passage salutaire pour l’économie soudanaise, ainsi qu’une libre circulation des personnes et des biens.

Au moment où les relations en dents de scie entre Juba et Khartoum semblaient s’améliorer, le Front révolutionnaire soudanais, une coalition de mouvements rebelles, avait intensifié ses opérations au printemps dernier, poussant Khartoum à geler l’application des neuf accords en juin.

Les deux pays s’accusent mutuellement de soutenir des rebelles de part et d’autre de la frontière, ce que chaque capitale dément, mais qui serait une réalité, selon des observateurs.

Des heurts frontaliers l’an passé avaient fait craindre une reprise du conflit entre le Soudan et le Soudan du Sud, devenu indépendant il y a deux ans à l’issue d’un référendum organisé dans le cadre du traité de paix mettant fin à plus de deux décennies de guerre civile meurtrière.

Mardi, M. Béchir est finalement revenu sur la décision de juin, affirmant: « Nous respectons tous les accords, (…) et nous sommes déterminés à les appliquer comme un tout ».

Le président sud-soudanais s’est également engagé à faire de même.

M. Béchir, qui a accueilli M. Kiir lors de son arrivée à l’aéroport de Khartoum pour sa première visite depuis octobre 2011, a assuré que son pays cherchait à maintenir de bonnes relations avec son voisin du Sud.

Dans un communiqué commun à la clôture du sommet, les deux chefs d’Etat se sont par ailleurs engagés à construire rapidement des institutions à Abyei « afin d’ouvrir la voie aux présidents pour qu’il décident du statut final de cette région », revendiquée par les deux pays.

Par Guylain Gustave Moke

WordPress/AFP

Publicités

À propos de Guylain Gustave Moke Munsche Mvula

Journaliste International,Analyste Politique, Guylain Gustave Moke vous invite á partager les Informations politiques credibles et dignes de foi. Parce que le monde n’a jamais changé aussi vite, l’actualité internationale est, chaque jour, plus difficile à décrypter. Les grilles de lecture toutes faites ne suffisent pas. Certains thèmes s’imposent parce que tout le monde en parle. D’autres sujets plus lointains peuvent éclairer les grandes questions du moment. Rien de ce qui nous arrive n’est intelligible sans tenir compte de notre place dans le monde, sans être à l’écoute de la planète. Je vous invite à enrichir notre débat dans un esprit libre et constructif.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :