//
you're reading...
Non classé

LONDRES: L’armée britannique nie avoir mutilé des cadavres d’Irakiens

Des responsables de l’armée britannique ont rejeté lundi, lors d’une enquête publique, « les rumeurs sans fondement » qui rapportaient que des soldats auraient mutilé les corps d’insurgés irakiens après une bataille en 2004.784714ba651d7e69035a4a642baeb4a6e3ee3d1f[1]

L’enquête « Al-Sweady », du nom d’Hamid Al-Sweady, un Irakien décédé à l’âge de 19 ans, se penche sur des accusations selon lesquelles des soldats britanniques auraient tué des Irakiens qu’ils avaient faits prisonniers après un échange de tirs à un barrage de contrôle dans la province de Maysan, dans le sud de l’Irak, en mai 2004.

Les soldats britanniques sont aussi accusés d’avoir torturé des prisonniers au Camp Abu Naji (CAN) et dans un centre de détention entre mai et septembre 2004.

Lors d’une audience lundi, le colonel Adam Griffiths a déclaré n’avoir vu aucune preuve qui suggèrerait qu’une dizaine de corps transportés au Camp d’Abu Naji aient été mutilés avant d’être remis aux proches des victimes.

« Je n’ai jamais cru que l’un de nos soldats ait mutilé un corps, je ne l’ai pas vu à l’époque et je n’ai vu aucune preuve depuis qui accréditerait cette idée », a-t-il déclaré pendant l’audience de l’enquête publique.

Il a suggéré que ces rumeurs avaient pu notamment provenir « de l’ignorance de la population locale quant aux blessures qui peuvent être infligées lors de combats ».

Certains des cadavres avaient des membres brisés et des blessures par balles, a ajouté le colonel Griffiths qui a néanmoins reconnu que l’ordre de ramener des corps au camp était « très inhabituel ».

Le sergent James Gadsby qui a aidé à décharger les corps au Camp Abu Naji, a également affirmé lors de cette audition que, selon lui, les corps présentaient des blessures de combat.

« Je n’ai pas remarqué de blessures qui auraient pu être causées autrement que par des tirs sur le champ de bataille », a-t-il déclaré.

L’enquête publique a débuté en mars et a été ordonnée après la plainte de cinq Irakiens pour violation des droits de l’homme devant la Haute Cour.

En décembre 2012, le ministère de la Défense a annoncé avoir versé 15,1 millions de livres (17,6 millions d’euros) de dommages et intérêts à plus de 200 Irakiens qui accusaient les troupes britanniques de les avoir détenus illégalement et torturés à la suite de l’invasion de l’Irak en 2003. Les troupes de combat britanniques ont quitté l’Irak en 2009.

Une autre enquête publique en septembre 2011 avait conclu qu’un Irakien de 26 ans, Baha Moussa, était décédé en 2003 à Bassora à la suite de « violences gratuites » de soldats britanniques.

AFP

Publicités

À propos de Guylain Gustave Moke Munsche Mvula

Journaliste International,Analyste Politique, Guylain Gustave Moke vous invite á partager les Informations politiques credibles et dignes de foi. Parce que le monde n’a jamais changé aussi vite, l’actualité internationale est, chaque jour, plus difficile à décrypter. Les grilles de lecture toutes faites ne suffisent pas. Certains thèmes s’imposent parce que tout le monde en parle. D’autres sujets plus lointains peuvent éclairer les grandes questions du moment. Rien de ce qui nous arrive n’est intelligible sans tenir compte de notre place dans le monde, sans être à l’écoute de la planète. Je vous invite à enrichir notre débat dans un esprit libre et constructif.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :