//
you're reading...
Non classé

EGYPTE: La détention de Morsi prolongée

La justice égyptienne a prolongé lundi la détention préventive du président déchu Mohamed Morsi, au moment où ses partisans manifestaient malgré la menace des nouvelles autorités de disperser les islamistes barricadés depuis plus d’un mois sur deux places du Caire. 3173fa24417997ef366f547574c93f3ab852178f_0[2]

Cette décision judiciaire pourrait galvaniser les milliers de pro-Morsi mobilisés à travers le pays et qui ont appelé à de nouvelles manifestations massives mardi pour réclamer le retour au pouvoir du premier président élu démocratiquement du pays. Et ce, au moment où la police a annoncé une opération imminente mais « graduelle » contre leurs sit-in.

La communauté internationale, qui a multiplié en vain les médiations, redoute une nouvelle effusion de sang dans le pays où des heurts entre pro et anti-Morsi et entre pro-Morsi et forces de l’ordre ont déjà fait plus de 250 morts depuis la destitution et l’arrestion par l’armée de M. Morsi le 3 juillet.

Mais dans la soirée sur la place Rabaa al-Adawiya, bastion des pro-Morsi transformé en camp retranché, des orateurs défiaient ces menaces, haranguant la foule et conspuant le « coup d’Etat », alors que hauts-parleurs diffusaient à plein volume des chants religieux.

« Nous aurons des martyrs. Le prix à payer sera élevé mais la victoire nous attendra au bout du chemin », a lancé à l’AFP un des volontaires chargés d’assurer la sécurité du rassemblement.

En prévision d’une dispersion par la force, les pro-Morsi ont érigé des remparts de fortune, faits de sacs de sable et de briques empilés.

Plusieurs hauts responsables des forces de l’ordre ont toutefois indiqué à l’AFP que la dispersion n’interviendrait qu’après un siège et « plusieurs sommations » qui pourraient durer « deux ou trois jours ».

Les autorités semblent vouloir persuader certains manifestants -barricadés avec femmes et enfants- d’évacuer pacifiquement avant de lancer l’assaut contre les plus déterminés.

Le gouvernement intérimaire doit à la fois faire face à la pression populaire qui réclame une dispersion rapide des pro-Morsi et aux appels internationaux à la retenue, a expliqué à l’AFP H.A. Hellyer, chercheur au Brookings Institute.

Selon lui, les autorités « vont procéder en douceur » car elles « redoutent une condamnation internationale ».

Relançant le bras de fer entre les Frères musulmans, l’influente confrérie de M. Morsi, et les nouvelles autorités, la justice a prolongé lundi de 15 jours la détention préventive de l’ex-président, accusé de s’être évadé de prison début 2011 à la faveur de la révolte populaire qui a renversé le président Hosni Moubarak.

La justice le soupçonne d’avoir bénéficié de la complicité du Hamas dans cette affaire ainsi que dans des opérations meurtrières imputées au mouvement palestinien.

Pendant la journée, des milliers de ses partisans ont défilé dans le centre du Caire. Leur cortège s’est rendu devant la Haute Cour de Justice, proche de la place Tahrir, épicentre de la révolte de 2011 et des manifestations anti-Morsi qui ont poussé l’armée à son coup de force le 3 juillet.

Les Frères musulmans réclament la libération de M. Morsi, toujours détenu au secret par l’armée, et des principaux dirigeants de la confrérie arrêtés depuis le 3 juillet, dont certains doivent être jugés le 25 août pour incitation au meurtre.

Face à la paralysie du nouveau gouvernement -qui a promis un processus de réconciliation devant déboucher sur des élections début 2014- Ahmed al-Tayyeb, grand imam d’Al-Azhar, plus haute institution sunnite qui avait apporté sa caution à l’armée le 3 juillet, a appelé dimanche à la réconciliation nationale et a annoncé qu’il avait invité toutes les parties à venir négocier un compromis.

Les Frères musulmans ont affirmé n’avoir reçu aucune invitation et refusent catégoriquement de dialoguer avec les autorités « illégitimes », qui les accusent en retour, comme la presse quasi unanime, d’être des « terroristes » ayant stocké des armes automatiques sur les deux places, où femmes et enfants venus en nombre sont devenu des « boucliers humains ».

Par Guylain Gustave Moke

WordPress/AFP

Publicités

À propos de Guylain Gustave Moke Munsche Mvula

Journaliste International,Analyste Politique, Guylain Gustave Moke vous invite á partager les Informations politiques credibles et dignes de foi. Parce que le monde n’a jamais changé aussi vite, l’actualité internationale est, chaque jour, plus difficile à décrypter. Les grilles de lecture toutes faites ne suffisent pas. Certains thèmes s’imposent parce que tout le monde en parle. D’autres sujets plus lointains peuvent éclairer les grandes questions du moment. Rien de ce qui nous arrive n’est intelligible sans tenir compte de notre place dans le monde, sans être à l’écoute de la planète. Je vous invite à enrichir notre débat dans un esprit libre et constructif.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :