//
you're reading...
Non classé

TCHAD: Plaque tournante des opérations françaises

 

Trente ans après l’opération Manta pour stopper une offensive libyenne dans le nord du Tchad, ce pays et surtout la base française à N’Djamena restent une plaque tournante des opérations extérieures (Opex) militaires françaises en Afrique, comme Serval au Mali, estiment des spécialistes.

English: Airplane landing in Abéché, Tchad

English: Airplane landing in Abéché, Tchad (Photo credit: Wikipedia)

 

En janvier 2013, l’opération Serval au Mali s’appuiera sur la base de N’Djamena pour ses avions de combat et bénéficiera du concours décisif des forces tchadiennes lors de l’opération de traque des jihadistes retranchés dans le massif montagneux des Ifoghas dans le nord-est du Mali.

 

Le 9 août 1983, François Mitterrand déclenchait Manta à la demande du Tchad pour stopper l’offensive de forces libyennes alliées aux opposants du président Hissène Habré, qui venaient de prendre la grande palmeraie de Faya dans le nord du pays.

 

Au plus fort de l’opération, Manta (raie géante des mers chaudes), menée à près de 5.000 km du sol français, mobilisera plus de 3.000 parachutistes, légionnaires, marsouins de l’infanterie de marine et aviateurs, 700 véhicules, avions Mirage F1 et Jaguar, hélicoptères Gazelle et Puma.

 

Elle est alors la plus importante opération jamais entreprise par la France depuis la guerre d’Algérie.

 

En quelques jours, des soldats français s’installent sur des positions avancées le long d’une ligne imaginaire dite « ligne rouge » et dont tout franchissement est susceptible d’entraîner une riposte armée. Située à hauteur du 15e puis du 16e parallèle, elle coupe le pays en deux, presque en son milieu, la partie nord demeurant sous contrôle libyen.

 

Selon la France, la mission est « de dissuader l’agresseur de nouvelles opérations » en gelant la situation pour permettre des négociations.

 

Pendant plus d’un an, Manta sera le bouclier du régime Habré au pouvoir depuis juin 1982. Le 16 septembre 1984, la France et la Libye signent à Tripoli un accord de désengagement militaire « total et concomitant ». L’armée française évacue ses positions, retire ses matériels et met fin à sa présence au Tchad début novembre 1984.

 

Mais en dépit des affirmations de Tripoli, François Mitterrand doit reconnaître, peu après une rencontre le 16 novembre en Crète avec le colonel Mouammar Kadhafi, que les troupes libyennes, estimées à 5.000 hommes, sont toujours en force dans le nord du Tchad.

 

Ce n’est qu’en 1987, à la suite d’une guerre de « reconquête » que l’armée tchadienne reprendra peu à peu le nord du pays, à l’exception de la bande d’Aouzou qui ne sera rétrocédée par la Libye qu’en 1994 après 21 ans d’occupation.

 

Entre-temps, la France reviendra au Tchad en 1986 avec un dispositif militaire à dominante aérienne baptisé « Epervier » et qui se poursuit depuis cette date avec des formats différents selon la situation politique au Tchad. Actuellement, « Epervier » compte 950 militaires et 12 aéronefs, dont cinq Mirage, installés principalement à N’Djamena et Abéché (est).

 

« Epervier n’est pas un accord de défense franco-tchadien mais un accord de stationnement des forces françaises dans ce pays dont les facilités logistiques n’ont jamais été remises en cause », rappelle à l’AFP le général Henri Poncet, fin connaisseur de l’Afrique où il participa à plusieurs Opex et ancien patron du Commandement des opérations spéciales (COS).

 

« Les aviateurs français disposent d’une zone immense pour entraîner leurs avions de combats et les troupes de marine peuvent s’aguerrir à la nomadisation », ajoute le général Poncet.

 

Pour l’ancien chef d’un service de renseignement s’exprimant sous la condition de l’anonymat, « Epervier reste indispensable, car si la France veut continuer à avoir une politique d’influence en Afrique, il lui faut y avoir des points d’appui ».

 

Depuis N’Djamena, rappelle-t-il, la France a pu intervenir à plusieurs reprises en Centrafrique : « Si l’on veut éteindre l’incendie dès que les premières brindilles s’enflamment, il est bon d’avoir des pompiers sur place ».

 

Pour autant, le général Poncet se demande si la base française d’Epervier aura toujours autant d’importance : « Le Tchad reste-t-il toujours du même intérêt stratégique pour la France alors que nos intérêts économiques sont surtout au Niger et en Algérie? »

Par Guylain Gustave Moke

WordPress/AFP

Publicités

À propos de Guylain Gustave Moke Munsche Mvula

Journaliste International,Analyste Politique, Guylain Gustave Moke vous invite á partager les Informations politiques credibles et dignes de foi. Parce que le monde n’a jamais changé aussi vite, l’actualité internationale est, chaque jour, plus difficile à décrypter. Les grilles de lecture toutes faites ne suffisent pas. Certains thèmes s’imposent parce que tout le monde en parle. D’autres sujets plus lointains peuvent éclairer les grandes questions du moment. Rien de ce qui nous arrive n’est intelligible sans tenir compte de notre place dans le monde, sans être à l’écoute de la planète. Je vous invite à enrichir notre débat dans un esprit libre et constructif.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :