//
you're reading...
Non classé

Soudan du Sud: Un nouveau gouvernement

Le président du Soudan du Sud, Salva Kiir, qui avait limogé la semaine dernière l’ensemble de son gouvernement, en a formé un nouveau mercredi, mais il lui reste à désigner un vice-président, selon un décret lu à la radio d’Etat. cf27f81d3808dfb532235c4f2a50fd58e99b6f6d[1]

Le gouverneur de l’Etat instable de Jonglei (est), Kuol Manyang, fait son entrée au gouvernement au poste clé de  ministre de la Défense, selon le décret.

Parmi les grands absents figure l’ancien-vice-président Riek Machar, rival politique du président Kiir, limogé le 23 juillet avec les 28 ministres du gouvernement et leurs vice-ministres.

Un autre rival politique de M. Kiir, Pagan Amum, suspendu de ses fonctions de secrétaire général du parti au pouvoir, le Mouvement populaire de libération du Soudan (SPLM), n’appartient pas non plus au gouvernement.

Le président Kiir avait déjà nommé samedi un nouveau ministre des Affaires étrangères, Barnaba Marial Benjamin, qui occupait le poste de ministre de l’Information dans le précédent gouvernement.

Le chef de l’Etat sud-soudanais, qui doit tenir compte dans son choix de complexes rivalités ethniques, a, comme il l’avait annoncé, supprimé un tiers des ministères, en en regroupant plusieurs.

Aucun indication n’a été donnée sur la date à laquelle un vice-président serait nommé.

Le ministre du Pétrole, Stephen Dhieu Dau, est l’un des rares à conserver son poste, essentiel dans ce pays producteur de pétrole mais l’un des plus pauvres du monde.

Plusieurs ministres changent de portefeuilles, comme le ministre des Ressources animales et de la pêche, Martin Elia Lomoro, qui devient ministre des Affaires du cabinet.

Le nouveau ministre de la Défense, Kuol Manyang, est l’un des fondateurs du mouvement de rébellion qui a combattu les  troupes du gouvernement soudanais de  1983 à 2005, un commandant redouté de la guérilla menée par la branche armée du SPLM, l’Armée de libération de peuple soudanais (Sudan People’s Liberation Army, SPLA).

Le chef de l’Etat sud-soudanais avait annoncé le 23 juillet à la surprise générale le limogeage de l’ensemble de son exécutif, dont le vice-président Riek Machar, et plusieurs poids lourds du SPLM (ex-rébellion au pouvoir) comme Pagan Amum.

Cette décision abrupte et inattendue avait laissé craindre l’ouverture d’une période d’instabilité dans la jeune nation sud-soudanaise, indépendante depuis le 9 juillet 2011 seulement.

Parmi les ministres limogés, beaucoup étaient des figures importantes de la guerre menée pendant vingt ans contre le gouvernement soudanais qui a conduit au référendum de 2011 à l’issue duquel le Sud a fait sécession pour former un nouvel Etat.

Par Guylain Gustave Moke

WordPress/AFP

Publicités

À propos de Guylain Gustave Moke Munsche Mvula

Journaliste International,Analyste Politique, Guylain Gustave Moke vous invite á partager les Informations politiques credibles et dignes de foi. Parce que le monde n’a jamais changé aussi vite, l’actualité internationale est, chaque jour, plus difficile à décrypter. Les grilles de lecture toutes faites ne suffisent pas. Certains thèmes s’imposent parce que tout le monde en parle. D’autres sujets plus lointains peuvent éclairer les grandes questions du moment. Rien de ce qui nous arrive n’est intelligible sans tenir compte de notre place dans le monde, sans être à l’écoute de la planète. Je vous invite à enrichir notre débat dans un esprit libre et constructif.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :